Voyage à Nantes

Voyage à Nantes


Exposition du 30 juin au 26 août 2018
Ville de Nantes, Nantes

Du 30 juin au 26 août 2018, et pour sa 7ème édition, le Voyage à Nantes invite à marquer 55 temps d'arrêt dans la ville à la poursuite d'un parcours culturel insolite constellé d’œuvres.

Dès l'arrivée en gare de Nantes, un marquage au sol contraste avec la couleur du bitume. Quelque soit la sortie empruntée, une ligne verte prolonge les pas de chaque voyageur sorti du train vers un itinéraire bien tracé. Sur plus de 12 km, un parcours à l’initiative du Voyage à Nantes balade les habitants et les touristes à la découverte de nouveautés artistiques qui arpentent la ville.

Depuis 2012, œuvres-témoins de précédentes éditions et projets récents prévus à cet effet s'emparent des rues et des lieux historiques nantais. Tout l'été, l'art investit le fief des Ducs de Bretagne : en interaction avec les commerces et le patrimoine de la ville, des artistes invités interviennent dans des espaces emblématiques.

En 1928, André Breton dit de Nantes que c'est la « seule ville de France où [il peut] arriver quelque chose qui en vaut la peine, où certains regards brûlent pour eux-mêmes de trop de feux ». Quatre-vingt dix ans après, et comme pour citer le père du surréalisme, Philippe Ramette devenu emblématique de ce Voyage à Nantes, nomme l'édition 2018 par ce titre d'œuvre : Éloge du pas de côté. C'est alors qu'une succession d’Éloges font l'objet de quatre sculptures de l'artiste qu'il parsème dans des zones passantes. La discrétion, la paresse, l'adaptation et la transgression sont ainsi célébrées par des œuvres symboliques dont l'esprit créatif fait écho aux pratiques du laisser-faire comme celles de Michel Blazy, Egor ou encore Céleste Boursier-Mougenot.

Envahissantes, discrètes, ou hissées sur les toits, les œuvres sont multiples. Alors qu'Egor colonise les toits du centre ville de plantes par une installation perchée au titre paradoxal de Jungle intérieur, non loin de là, Stéphane Vigny fait de la devanture de la pharmacie Arrouet un lieu où l'on peut prendre sa température. Et si la canicule est accablante, laissez-vous surprendre par la fontaine de la Place Royale qui jaillit et déborde suite à l'intervention de Michel Blazy venu rompre la stabilité du ballet aquatique par un « grain de sable venu perturbé le mécanisme ».

Un art sans loi, régit par aucune convention - si ce n'est la sécurité - s'empare tout l'été, par une déambulation ludique et immersive de Nantes, ville où tout un chacun est convié à faire l’expérience de l'art.

Texte : Clara Kientzy

Crédit visuel : © BLOCK Architectes, BX PALLAS, le Voyage à Nantes 2018 © photo Clara Kientzy