Georges Braque

Georges Braque


Exposition du 18 septembre 2013 au 06 janvier 2014
Grand Palais, Paris

Georges Braque (1882-1963) est l’un des artistes majeurs du XXème siècle. Peintre, graveur et sculpteur, il fut d’abord en tant qu’initiateur du cubisme et inventeur des papiers collés, une des figures de l’avant-garde du début du siècle avant de recentrer définitivement son oeuvre sur l’exploration méthodique et sérielle de la nature morte et du paysage qui font de lui le peintre français par excellence, héritier de Cézanne, Corot, Chardin et dépositaire de la tradition classique mais aussi le précurseur de l’abstraction d’après-guerre.

Le Grand Palais accueille une rétrospective ambitieuse de son oeuvre. Toutes les périodes de sa création y sont présentées, depuis le Fauvisme jusqu’à l’oeuvre ultime qui culmine dans les séries éblouissantes des grands ateliers et des oiseaux. Le parcours chronologique insiste sur les temps forts de son travail, comme le cubisme, les Canéphores des années vingt ou les derniers paysages qu’aimait Nicolas de Staël. Grâce à l’appui des collections du Musée national d’art moderne et de grandes collections internationales, il rassemble les oeuvres clés de l’artiste ainsi que les séries de variations thématiques – paysages, guéridons, canéphores et l’ensemble complet du cycle des neuf Ateliers (1949-1956) réunis pour la première fois dans une exposition – qui amplifient et résument ses recherches.

Grâce à la présence dans le parcours de cinq cabinets documentaires riches d’oeuvres, de documents et de photographies (par Man Ray et Cartier-Bresson entre autres), d’autres perspectives sont développées dans l’exposition : sa collaboration avec Pablo Picasso durant le cubisme ; l’étroite connivence de son art avec la musique, et sa proximité avec Erik Satie ; enfin sa complicité avec les poètes Pierre Reverdy, Francis Ponge, René Char et les figures intellectuelles déterminantes de son temps comme Carl Einstein ou Jean Paulhan.

Depuis la grande rétrospective organisée par l’Orangerie des Tuileries (1973-1974), aucune rétrospective complète de l’oeuvre de Georges Braque n’a été présentée à Paris.