Carambolages

Carambolages


Exposition du 02 mars au 04 juillet 2016
Grand Palais, Paris

Du 2 mars au 4 juillet, le Grand Palais présente Carambolages, une exposition des plus singulières.

Casser les codes, décloisonner les stéréotypes, chambouler nos habitudes… Carambolages est la nouvelle exposition inclassable du Grand Palais, tant celle-ci bouleverse les schémas préétablis de l’histoire de l’art.

Orchestrée par Jean-Hubert Martin, cette exposition part du constat suivant : il n’y a pas de règle absolue pour la création. Contrairement aux scénographies des musées, l’artiste ne cherche pas à placer son œuvre dans une chronologie ou dans un courant. De même, les influences volontiers attribuées à un artiste n’ont pas toujours le caractère inéluctable qu’on leur attribue.

École française, Louis-Antoine de Gontaut, duc de Biron, en paon, XVIIIe siècle, huile sur toile ; 67 x 51,5 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Photo © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski

Carambolages rompt avec les conventions en présentant des objets et des œuvres réunis pour leurs familiarités et par des correspondances surprenantes, qui souvent, donnent le sentiment qu’ils appartiennent à une culture identique, même s’ils ont plusieurs siècles d’écart. Une démarche permettant au visiteur d’accéder aux œuvres plus directement et sans a priori, en ne se laissant guider que par sa propre « pensée visuelle ».

Ainsi, des chefs-d’œuvre d’Ingres, Rembrandt, Boucher côtoient des objets antiques, tels une amulette datée de 1000 ans avant J.-C., une idole aux yeux datée du Ive millénaire avant J.-C., ou des œuvres contemporaines comme Gants-tête d’Annette Messager ou une toile d’Erro. L’ensemble est présenté sur des panneaux sobres de mêmes dimensions se succédant les uns les autres comme une échelle.

 

Carambolage est donc une exposition « expérimentale » dont l’enseigne lumineuse dès la première salle alerte le visiteur d’un « Listen to your eyes ». On vous aura prévenu !

 

Texte : A.-L. Peressin