Palais de Tokyo, Paris

Exposition du 17 octobre 2012 au 14 janvier 2013


Markus Schinwald


En préfiguration au théâtre mécanique infernal que Markus Schinwald conçoit dans la nef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux pour l’été 2013, le Palais de Tokyo invite l’artiste autrichien et Alexis Vaillant, responsable de la programmation au CAPC et commissaire de l’exposition, à présenter dès octobre prochain la magnétite de cette aventure automatique, acmé de la programmation anniversaire des quarante ans du musée de Bordeaux.

Markus Schinwald développe un travail protéiforme en empruntant aux univers du spectacle – danse, performance, opéra – pour mettre en scène des corps humains métamorphosés par des prothèses, des accessoires, des extensions physiques étranges. Ce jeu de manipulation transforme le corps en objet culturel, en artefact. Cette mise à l’épreuve physique et psychologique du corps, cette métamorphose dira-t-on est d’ailleurs poussée à son paroxysme dans son film le plus célèbre, Dictio pii (2001), acquis par la Tate Modern.