Paysages japonais, de Hokusai à Hasui

Paysages japonais, de Hokusai à Hasui


Exposition du 21 juin au 02 octobre 2017
Musée Guimet, Paris

Du 21 juin au 2 octobre, le musée Guimet présente son exceptionnelle collection d’estampes japonaises, dans le cadre d’une exposition intitulée Paysages japonais, de Hokusai à Hasui.

En présentant une centaine d’estampes sous le prisme du paysage, le musée Guimet revient sur un thème essentiel dans l’art japonais. Lointaine ou omniprésente, anecdotique ou divine, la nature semble continuellement présente dans ces œuvres qui, du XVIIIe siècle finissant au XXe siècle, témoignent d’une relation particulière avec le paysage. Celui-ci triomphe grâce à certains artistes du XIXe siècle, tels Katsushika Hokusai et Utagawa Hiroshige. L’influence de leurs approches artistiques sur les premières photographies est traitée par l’exposition, qui révèle grâce à ces parallèles inédits l’influence exercée par l’un sur l’autre.

L’estampe comme la photographe, attestent ainsi d’une perception du paysage et de la nature propre au Japon. L’art ukiyo-e, signifiant « image du monde flottant » et désignant notamment ces estampes gravées sur bois, révèle toute sa splendeur dans la rotonde de la bibliothèque du musée. Au fil des saisons, le mont Fuji, montagne sacrée, dialogue avec les éléments de la nature, les animaux ou les forces créatrices de l’univers, les cerisiers bourgeonnent et révèlent toute leur splendeur, le ciel se déchaîne et s’abat sur de modestes individus.  

Les personnages sont souvent présents dans ces différents vues, mais semblent cependant s’effacer face à la puissance des éléments. Alors qu’au même moment en Europe le mouvement de pensée romantique voit dans la grandeur de la nature un moyen d’expression du sublime, les Trente six vues du mont Fuji de Hokusai révèlent l’humilité de l’homme face à celle-ci. En témoigne un chef-d’œuvre du genre, Sous la grande vague au large de la côte de Kanagawa, exceptionnellement présenté dans la cadre de l’exposition. Alors que minuscules marins se protègent face à la fureur maritime, au loin, le divin mont Fuji règne de toute son impassibilité sur les flots. L’œuvre témoigne également des relations entretenues entre le pays du Soleil Levant et l’occident :  Hokusaï connait les principes de la perspective occidentale, les utilise de manière équilibrée, et use également du bleu de Prusse, pigment créé à Berlin et ayant permis de renouveler considérablement le langage de l’estampe japonaise.

L’exposition présente également des œuvres créées au XXe siècle, notamment à travers les estampes de Hasui Kawase, récemment acquises par le musée et témoins d’une perpétuation des thèmes et des traditions autant que précurseur des styles contemporains, par les formes utilisées et le graphisme des lignes.

Infos :

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h.

Tarifs : 9,5 € / 7 € / gratuit

Crédits visuels : Katsushika Hokusai, Sous la vague au large de Kanagawa, 1830-1834, Paris, musée Guimet © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Harry Bréjat

Texte : Enguerrand Lascols