Rhodes, une île grecque aux portes de l’Orient. Du XVe au Ve siècle av. J.-C.

Rhodes, une île grecque aux portes de l’Orient. Du XVe au Ve siècle av. J.-C.


Exposition du 14 novembre 2014 au 14 février 2015
Musée du Louvre, Paris

Célèbre grâce au souvenir du Colosse, l’une des sept merveilles du monde antique et de la présence des chevaliers de Saint-Jean à l’époque médiévale, l’île de Rhodes fut, dès l’Antiquité, un lieu privilégié d’échanges entre l’Egée et l’Orient. Pourtant, l’archéologie rhodienne est assez peu connue du grand public. Les oeuvres présentées permettent de mesurer l’orientalisation de la culture grecque entre l’âge du bronze et la fin de l’archaïsme. Les limites chronologiques (XV-Ve siècles avant J.-C.) privilégient l’histoire des périodes hautes, en amont de la fondation, en 408/407, de la ville de Rhodes, qui, en unifiant le territoire jusque-là partagé entre les trois cités de Lindos, Camiros et Ialysos, ouvre une nouvelle page de l’histoire de l’île. Première exposition consacrée entièrement à Rhodes, elle répond à un triple objectif : elle évoque l’histoire des fouilles, auxquelles ont participé, depuis 1859, des archéologues français, anglais, danois, italiens et grecs ; elle met en valeur la mixité culturelle de Rhodes, terre d’échanges en Méditerranée orientale. Elle est aussi l’occasion de redécouvrir la dimension orientalisante de l’art rhodien par l’intermédiaire de quelques-unes de ses productions les plus spectaculaires, en particulier son orfèvrerie, sans équivalent dans le monde grec, et sa faïence, un artisanat lié à l’Égypte et au Levant.

 

Visuel : Rhyton au poulpe. Paris, musée du Louvre, département des AGER © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

 

 

Espace Richelieu / aile Richelieu, du 14 novembre 2014 au 14 février 2015.