Les musées sont des mondes, Le Clezio

Les musées sont des mondes, Le Clezio


Exposition du 03 novembre 2011 au 06 février 2012
Musée du Louvre, Paris

Après avoir reçu notamment Patrice Chéreau, Umberto Eco et Pierre Boulez, le musée du Louvre invite cette année Jean-Marie Gustave Le Clézio à poser un regard nouveau sur les collections du musée, avec une programmation pluridisciplinaire dans les salles du musée et à l’auditorium. Le grand invité initie cette fois le dialogue avec ce postulat « les musées sont des mondes ».
Afin de répondre à la thématique de « musée monde », de traduire en oeuvres les propos et les souhaits de J-M. G. Le Clézio, et puisqu’il n’y a pas pour lui de « hiérarchie en art », voisineront dans l’exposition de la Salle de la Chapelle, des oeuvres aussi diverses que les nattes du Vanuatu, les tableaux haïtiens, une tête Ifé du Nigeria, des tableaux du XVIIIe, sur la révolution, des ex-voto mexicains, effaçant ainsi les frontières entre les époques, les civilisations, entre art et artefact. Enraciner cet élargissement patrimonial dans l’histoire originelle du musée du Louvre qui abrita de nombreux chefs-d’oeuvres ethnographiques jusqu’en 1879, anciennement rassemblés dans le musée Dauphin, puis dans le musée de la Marine, permet de mieux cerner la cohérence des oeuvres sélectionnées. Cette exposition renoue avec la notion de « cabinet de curiosité » et, en lien direct avec l’univers littéraire développé par J-M. G. Le Clézio, privilégie quatre zones : Afrique, Mexique, Vanuatu et Haïti. Chacune des sections prend appui sur une base historique ou comparative, avec les collections du musée du Louvre, du Quai Branly ou des emprunts au XXe siècle et se voit ponctuée de contrepoints contemporains (Camille Henrot, Bertrand Lavier, Betsabeé Romero, Pascale Marthine Tayou, Hervé Télémaque, Jean-Michel Basquiat).