Cristina Iglesias

Cristina Iglesias


Exposition du 23 avril au 31 juillet 2016
Musée de Grenoble, Grenoble

Du 23 avril au 31 juillet 2016, le Musée de Grenoble présente l'univers de Cristina Iglesias.

Artiste espagnole reconnue sur le plan international, notamment grâce à plusieurs commandes monumentales, Cristina Iglesias reste peu connue du public français. 

L’exposition du musée de Grenoble constitue donc une belle opportunité de découvrir cette oeuvre, à la fois  contemporaine et profondément ancrée dans la culture ibérique.

Née en 1956 à Saint-Sébastien, en Espagne, Cristina Iglesias s’est fait connaître sur la scène artistique européenne au milieu des années 1980. Son travail s’appuie depuis ses débuts sur des formes fortement architecturées qui se présentent comme autant d’invitations à des expériences sensorielles particulières. Il est avant tout question d’espace dans ses oeuvres. Des espaces auxquels on se confronte, que l’on côtoie, que l’on pénètre. Ils peuvent évoquer tant la nature que l’architecture, les deux se confondant souvent dans des constructions hybrides, réalisées avec les matériaux les plus divers, du bronze à l’albâtre en passant par le béton et le verre. OEuvre ambiguë, où le paradoxe se mêle au faux-semblant, elle constitue une exploration vertigineuse d’un univers parallèle, onirique, où le réel ne se départ jamais du fantasme, où la vérité est double, claire et obscure, douce et cruelle.

Pour le musée de Grenoble, Cristina Iglesias a conçu un parcours à partir d’un ensemble de travaux réalisés ces quinze dernières années, qui devrait permettre de saisir les enjeux de son oeuvre tout en se familiarisant avec la singulière poésie qui en émane. On pourra ainsi découvrir à la fois des sculptures monumentales qui se déploient dans l’espace telles de véritables constructions architecturales, oeuvres à vivre autant qu’à voir, des travaux sur le thème de l’eau, avec notamment ces étranges fontaines d’intérieur que sont les Puits, et des panneaux muraux sérigraphiés sur soie, sur cuivre et sur acier, réalisés à partir de photographies retravaillées, et qui constituent autant une relecture qu’une mise en abyme de ses propres créations.

Ces réalisations de grands formats seront accompagnées d’une sélection de travaux sur papier qui permettra une approche plus intimise de sa démarche.