Poètes et musiciens dans l'Angleterre d'Oscar Wilde

Poètes et musiciens dans l'Angleterre d'Oscar Wilde


Exposition du 28 octobre au 15 décembre 2011
Musée d'Orsay, Paris

Peu d'artistes et d'écrivains auront autant influencé la société de leur temps que ceux qui se rassemblèrent au milieu du XIXe siècle sous la bannière de l'Art pour l'Art. En révolte contre l'académisme, ils proposeront non seulement un nouvel élitisme mais aussi une nouvelle spiritualité en art, ne laissant de côté aucun domaine de la création, qu'il s'agisse des arts plastiques, du roman et de la poésie, des arts décoratifs, de la musique, de la photographie, sans parler de la mode et de la philosophie sociale.
En musique, comme en peinture ou en littérature, la quête d'un passé glorieux qui puisse nourrir le présent, s'impose à travers la résurrection de Purcell et ses contemporains, de Haendel et la tradition de l'oratorio où Wagner entendra le véritable esprit de la culture musicale anglaise. Une culture préservée grâce aux maîtrises qui intègrent l'apprentissage de la musique à l'éducation générale dans les universités. De ce point de vue, le rapport à la langue anglaise est ce qui réunit musique sacrée et musique profane en une alliance qui privilégie une vision toute particulière de cet art.
Des oeuvres d'Elgard, Stanford, Dyson, Holst, Vaughan Williams, on retiendra l'image d'un pèlerinage spirituel, nourri des traditions nationales, voire topographiques des Iles britanniques, recherchant dans le génie poétique de Blake, Tennyson, Rossetti, les fruits précieux d'une insularité revendiquée.