Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde

Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde


Exposition du 13 septembre 2011 au 15 janvier 2012
Musée d'Orsay, Paris

L'exposition Beauté, morale et volupté se propose d'explorer cet extraordinaire mouvement du XIXe siècle qui avait pour vocation d’échapper à la laideur et au matérialisme de l’époque, à travers une nouvelle idéalisation de l’art et de la beauté. Incluant également la littérature, et, ce qui était pour beaucoup la « dangereuse » notion de « l’art pour l’art », les peintres et les poètes ont créé une nouvelle forme d’art qui n’existait que pour être beau ; un art libéré des principes de l’ordre établi et des notions victoriennes de moralité et qui osait simplement procurer du plaisir et faire allusion au charme de la sensualité.
L'exposition étudie l’Esthétisme d'après les travaux et les idées de ses figures les plus représentatives, telles que Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones et William Morris ; James McNeill Whistler, Oscar Wilde et Aubrey Beardsley, en décrivant l’évolution de cette audacieuse expérience concernant l’art et l’art de vivre bohème et romantique des années 1860, jusqu’à sa phase finale et fascinante, la décadence de la dernière décennie du règne de la reine Victoria.
Cette exposition rassemble un groupe incomparable de peintures emblématiques de ce mouvement, ainsi que du mobilier et des oeuvres de premier plan dans le domaine des arts décoratifs, très raffinés, inspirés par l’Esthétisme. Parmi les chefs d'oeuvre présentés, figurent des « Nocturnes » et des portraits de Whistler ; le délicieusement langoureux Laus Veneris de Burne-Jones et le célèbre Bath of Psyche [Le Bain de Psyché] de Lord Leighton. La littérature est également représentée par quelques-uns des plus importants et des plus somptueux ouvrages de l’époque.