Caroline de Boissieu, Transparence

Caroline de Boissieu, Transparence


Exposition du 01 mars au 31 mars 2017
Galerie Boa, Paris

Du 1er au 31 mars 2017, la galerie Boa expose une sélection d'oeuvres de Caroline de Boissieu dans Transparence.

Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Caroline de Boissieu étend sa vision poétique du monde du papier aux façades d'immeubles. Son art se place sous l'égide de l'harmonie, absolue, qui fait tenir ensemble l'infiniment petit et l'infiniment grand, la lumière et les ténèbres, le palpable et l'impalpable, les passions déchaînées des torrents et la sensation d'apaisement qu'amène avec elle l'image d'une nature refuge, sur lesquelles elle concentre sa pratique depuis une dizaine d'années...

Par les jeux de transparence qu'elle obtient en travaillant sur papier calque ou sur verre, elle donne un corps, infime, évanescent, à cette lumière qui rend naturellement visible le monde qui nous entoure. Dans ses œuvres pourtant résonne l'aveu d'une impasse. Et de cette lumière qui éclaire une nature sur laquelle les yeux sont de plus en plus nombreux à glisser sans désormais s’arrêter, Caroline de Boissieu réactualise la puissance, le pouvoir démiurge par lequel elle donne la vie en la rendant visible.

L'eau, dont elle s'est fait peu à peu un sujet privilégié, devient à la fois familière et étrange. Belle et terrifiante, elle devient sous sa main le flux par lequel se met en scène une certaine forme du sublime, teintée d'une vision toute romantique. Cette « horreur délicieuse » que théorisait le philosophe Edmund Burke en 1757, véhiculée par les paysages grandioses et si surplombants de la nature, s'exprime ici de manière inédite.

Car les tourbillons liquides, où se mêlent, indissociables, les teintes grisâtres, verdâtres, noirâtres, transpercés, comme par magie, de cette lumière diaphane venue remplacer les contours qui autrefois ceignaient les formes composées par l'artiste, sont à la fois grandioses et terriblement fragiles. Ils se déploient, presque autonomes, sur des supports si minces qu'ils semblent pouvoir être emportés par leur puissance.

Et pourtant, ils restent, majestueux, à maintenir cet équilibre dans lequel Caroline de Boissieu excelle, à happer les yeux, l'esprit, les spectateurs, et à les entraîner avec eux dans cette danse effrénée et terriblement hypnotique de la nature.

Infos :

Vernissage mardi 7 mars de 18h à 21h.

Ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h.

Crédit visuel : Caroline de Boissieu, La vague transparente, 83 x 124 cm, Techniques mixtes sur calque translucide.

Texte : Horya Makhlouf