Musée Jacquemart-André, Paris

Exposition du 25 mars 2011 au 11 juillet 2011


Dans l'intimité des frères Caillebotte


On savait la place originale qu’occupe Gustave Caillebotte au sein des impressionnistes. En revanche on connaît moins son frère Martial, musicien proche de Debussy, Fauré ou Saint-Saëns, et photographe amateur. Pour rendre hommage à cet inconnu, dont on célèbre cette année le centenaire de la mort, le musée Jacquemart-André consacre une exposition à l’œuvre des deux frères. Une façon d’apporter un éclairage nouveau sur le travail du peintre tout en sortant de l’oubli un photographe dont les tirages sont restés  cantonnés jusqu’alors aux archives familiales… 
S’il peut paraître étrange a priori de confronter 35 toiles de Gustave et 150 photographies de Martial, cette mise en regard s’avère d’une grande cohérence. Non seulement elle révèle l’intimité familiale des deux frères (si le premier est resté célibataire, le second s’est marié et a eu deux enfants), mais elle souligne aussi une vraie convergence d’intérêts. Sur les toiles et les tirages, les thèmes traités sont les mêmes : les mutations urbanistiques du Paris haussmannien, la rue, l’avènement de l’industrie, mais aussi les jardins et la navigation. Enfin, la confrontation inédite des frères Caillebotte apporte un éclairage original sur l’arrivée de la photographie et l’influence qu’elle a eue dès la fin du XIXe siècle sur la peinture…