Musée des Beaux-Arts de Quimper, Quimper

Exposition du 07 novembre 2012 au 11 mars 2013


Histoire, histoires


Cette exposition donne l’occasion de réfléchir à la notion d’histoire en histoire de l’art, à la véracité des peintures historiques, au regard subjectif des peintres et aux contextes des créations. Quelques peintures, dont certaines extraites des réserves où elles sont le plus souvent conservées par manque de place, démontrent l’originalité de la peinture d’histoire qui est à cent lieues du photojournalisme.

Hormis quelques exceptions dans l’Antiquité, la peinture d’histoire apparait dans l’art occidental à la Renaissance. Détrônant la peinture religieuse, elle occupe à partir du XVIIe siècle une place majeure. A cette époque, selon la « hiérarchie des genres », chère à l’enseignement académique, elle est à la première place et appartient au « grand genre » aux côtés de la peinture à sujet religieux ou mythologique. Jusqu’au début du XIXe siècle, le goût pour l’histoire antique prédomine et culmine avec le néoclassicisme. Puis, les regards s’intéressent au passé national, en particulier au Moyen Age, et à l’histoire des provinces françaises. La Révolution fournit bon nombre de sujets plus liés à l’actualité politique. Le XXe siècle a peu favorisé la peinture d’histoire.