Musée d'Art Moderne Lille Métropole (LaM), Villeneuve d’Ascq

Exposition du 25 septembre 2010 au 25 septembre 2010


Réouverture du LaM


La métropole lilloise est décidément l'un des meilleurs exemples français d'une politique culturelle active. Après avoir été capitale européenne de la culture en 2004, la ville attire à nouveau l'attention grâce à la réouverture du musée d'Art moderne (LaM) au terme d'un chantier qui a duré 4 ans.

L'ambition de cet espace culturel ? Devenir un grand musée d'art des XXe et XXIe siècle. Pour atteindre cet objectif, le LaM dispose de deux atouts. Le premier d'entre eux tient à l'enveloppe des lieux : le bâtiment originel de Roland Simounet se voit doté d'une extension signée Manuelle Gautrand, qui offre au musée 2 700 m2 d'espaces d'exposition supplémentaires.

Mais l'atout majeur du musée d'Art moderne de Lille, ce sont bien évidemment ses collections. Il y a d'abord la donation Geneviève et Jean Masurel, soit un ensemble de 216 œuvres représentatives de la plupart des courants artistiques développés en France dans la première moitié du XXe siècle, et comprenant des toiles de Derain, Klee, Picasso, Pascin, Van Dongen... S'y ajoutent nombre d'œuvres contemporaines d'Arroyo, Erro, Villeglé, Soulages, Lavier, etc., fruit de 25 ans d'acquisitions par l'institution lilloise. Surtout, le LaM accueille la plus importante collection d'art brut de France. Issue de la donation l'Aracine, elle comporte 4000 toiles, objets ou sculptures de Darger, Wölfli ou Lesage, qui donnent une résonance particulière à l'exposition inaugurale du musée : «Habiter poétiquement le monde.»