Musée Cernuschi, Paris

Exposition du 09 septembre 2011 au 31 décembre 2011


Artistes chinois à Paris, une rencontre entre Orient et Occident


L’exposition « Artistes chinois à Paris », organisée en 2 parties, l’une au musée Cernuschi et l’autre en plein air, au parc Monceau,  fait apparaître au grand jour l’influence qu’a eu la Ville Lumière, à partir des années 1920, sur toute une génération d’artistes chinois. A découvrir du 9 septembre au 31 décembre 2011.
En réaction aux pressions militaires, politiques et économiques subies par la Chine depuis les guerres de l’opium (1839-1842 ; 1856-1860), de nombreux intellectuels chinois prirent la décision de se tourner vers l’Occident pour moderniser leur pays dès la fin du XIXème siècle. À la suite de la chute de l’empire en 1911, les étudiants chinois furent de plus en plus nombreux à partir se former au Japon, aux Etats-Unis ou en Europe.
Le mouvement Travail-études fondé en 1912, et relayé par la création de la Société franco-chinoise d’éducation (1915) et l’Institut franco-chinois de Lyon (1921), permirent d’orienter plusieurs centaines d’étudiants chinois vers la France. Parmi eux se trouvaient un grand nombre de scientifiques, d’écrivains et hommes politiques qui furent amenés à exercer un rôle de premier plan dans l’histoire de la Chine au XXème siècle.
Au lendemain de la Première Guerre mondiale, de plus en plus de jeunes artistes chinois vont se rendre en France et s’installer à Paris. Au-delà de ses finalités pédagogiques, le séjour parisien, caractérisé par la fréquentation de l’École des beaux-arts ou des ateliers libres, par la visite des musées, mais aussi des salons et galeries où ils découvrent les oeuvres de l’avant-garde, se révèle être une expérience fondamentale de transgression des frontières culturelles. Tout en s’appropriant les techniques de création occidentales, les artistes chinois actifs en France acquièrent une conscience singulière de leur identité culturelle.
À leur retour en Chine, ils vont contribuer de manière décisive à l’émergence d’une conception nouvelle de l’art orientée vers la convergence de l’Orient et de l’Occident.