Les ramasseurs

Les ramasseurs


Exposition du 03 juillet au 04 août 2018
Gilles Naudin Galerie, Paris

Du 3 juillet au 4 août, la galerie Gilles Naudin accueille quatre artistes pour son exposition collective Les ramasseurs.

« L’artiste singulier, lui, sait regarder, en bas et en haut. Il invente ses matériaux, ou bien, œil et hasard mêlés, il les ramasse ici ou là sur les trottoirs des villes, ou dans les forêts du monde. Les yeux rivés au sol, regard en scalpel, il sait créer du ciel avec les laissés-pour-compte de la modernité. Bienvenue à ces ramasseurs », explique le critique d’art et commissaire d’exposition Christophe Noonberger à propos de ces peintres, sculpteurs et plasticiens qui utilisent ce qu’ils trouvent pour en faire des des oeuvres d’art. C’est autour de quatre artistes - Yvon Taillandier, Joseph Alessandri, Yannis Markantonakis et Pierre Ribà - que se construit l’exposition présentant des objets « ramassés » et leur offrant ainsi une seconde vie. 

Bien loin de l’idée qu’on a de l’artiste qui recycle des objets du quotidien, Joseph Alessandri ne les réutilise pas, il les utilise. Un bout de bois, de pierre ou de ferraille, devient son matériau au même titre que la peinture et le pinceau. Ses compositions géométriques laissent apparaître les différents objets qui structurent la le tout et viennent offrir des formes et reliefs à la planéité de la toile. A l’association des différents matériaux s’ajoutent le mélange de différentes techniques : collages, peinture, dessins, découpe… Tout ce qui peut servir à façonner ces objets est la bienvenue. Souvent dans des tons bruns, faisant penser à la rouille, le résultat garde son aspect usé et utilisé pour les oeuvres en fer, ou son aspect organique pour celles en bois. En ajoutant de la couleur, des personnages et des dessins, Joseph Alessandri donne une narration à l’ensemble, tout en gardant l’aspect primaire de la matière visible. Il contribue ainsi à un art dépourvu d’illusion, où l’aspect matériel est assumé jusqu’à même devenir l’oeuvre lui même.

Texte : Marilou Mercier

 

Visuel : Sans Titre, Technique mixte 70x50cm