Pas celles que vous croyez

Pas celles que vous croyez


Exposition du 06 mai au 28 juin 2015
Galerie Teodora, Paris

Exposition à l'esthétique résolument provocatrice, Pas celles que vous croyez revisite les grands chefs-d’œuvre à travers la figure mythique de Barbie. Mais ne vous y trompez pas, cette poupée trop parfaite pour être honnête n'est pas celle que vous croyez. Son air frivole n'est qu'illusoire !  Coquine et malicieuse, Barbie prend la pause pour mieux détrôner les grandes figures de l'histoire de l'art. Point de revendication féministe, Barbie s'assume, se travestit et se fait immortaliser sous les flashs de Catherine Théry.

Femme rêvée, la figure de Barbie, donne la mesure du jeu entre l'artiste et son sujet. En destituant les portraits connus et largement diffusés de l'art, Barbie incarne et singularise une œuvre illustre, ancrée dans nos esprits. Ce changement d'identité, inauguré par Marcel Duchamp, est porté à la dimension d'une réappropriation critique des apparences sexuelles ou sociales. Le travail de Catherine Théry remet en cause les définitions du genre dictées par les médias, relayées en masse sur nos écrans et inculquées depuis notre enfance. Barbie n'est plus seulement un jouet pour petites filles ou un corps idéalisé ennemi numéro un des féministes mais devient l’effigie et le miroir de notre société renvoyant à la fragilité du moi face aux mécanismes de l'identification et de la reconnaissance sociale.

 Ces questionnements de l'identité, de ses modes de représentations et la façon dont nous y sommes sensibles ne sont pas sans rappeler les History portraits de Cindy Sherman, artiste photographe américaine, qui revisitait l'histoire de l'art en se déguisant en personnages figurant dans les tableaux du Caravage ou de Raphaël.

Provocatrice, cette exposition n’en est pas moins sarcastique. Incommodé ou interloqué, comment ne pas esquisser un sourire face à ces figures qui jouent de leur célébrité en se moquant délibérément de l’anachronisme et des conventions ? 

Une exposition à découvrir à la Teodora galerie jusqu’au 28 juin. Vernissage le 3 juin.

Texte : Anne-Laure Peressin

 

Crédit visuel : Gothic Couple, Clin d’œil à Grant Wood, 2015, 93 x 110 cm, Tirage fineart sous plexi 4 mm contre collage sur dibond.