Je reviens à 19h, Pierrick Sorin

Je reviens à 19h, Pierrick Sorin


Exposition du 21 novembre 2014 au 28 février 2015
Galerie Pièce Unique, Paris

C'était en 1988. Un jeune homme posait son Super 8 près de son lit et filmait en plan fixe ses réveils matinaux pendant deux mois. Les traits tirés, à moitié endormi et se promettant chaque nouveau jour de se coucher tôt : telle est l'image de notre première rencontre avec Pierrick Sorrin. 

Avec l'auto-filmage, il expore le dérisoire du quotidien et plus largement, la perception qu'on donne à l'existence. Protagoniste principal de ses vidéos, il interprète un personnage qui supporte tout, rate tout, subit tout, même le temps qui passe, un autre qui se prend trop au sérieux parce que considéré comme "artiste", un autre stressé d'avoir perdu ses clés...

Sorin collectionne les identités comme les saynètes. Son univers est une tragi-comédie agissant comme un miroir qui grossirait les traits de la banalité de la vie et de ses acteurs. 

Touche-à-tout, il pratique la photo, le cinéma, le théâtre, la performance filmée ou encore l'illusion. Car oui, Sorin est aussi un peu magicien. Hologrammes, effets visuels et jeux d'optiques le fascinent et l'intéressent dans ses recherches.

Ses bricolages visuels et poétiques sont à découvrir à partir du 20 novembre en plein coeur de Saint-Germain-des-Près. Deux nouvelles installations interpelleront l'observateur : une créature toute en sensualité avec cette lassitude qui énerve autant qu'elle excite raviront les curieux de la rue Jacques Callot. Une invitation au fantasme pour les regards aveuglés, un guet apen pour l'oeil perspicace. Quel sera votre angle de vision ?

Du côté de la rue Mazarine et de l'espace Pièce Unique Variations une chorégraphie des plus hasardeuses sera à découvrir puisqu'un "lilliputien" se donnera en spectacle sur une savonnette humide et glissante. Une installation faisant cohabiter objets réels et personnages "holographiques" pour une illusion d'optique digne d'un grand tour de magie.

 

RDV à 18h aux espaces de la rue Jacques Callot et de la rue Mazarine pour découvrir Je reviens à 19h, installations et théâtres optiques de Pierrick Sorin.

Texte : Anne-Laure Peressin

Crédit visuel : Photo : Pierrick Sorin - Modèle femme : Arzu Dogan - Photo-montage : Charlie Mars