L’Atlas

L’Atlas


Exposition du 12 octobre au 17 novembre 2018
Galerie Lélia Mordoch, Paris

La Galerie Lélia Mordoch présente sa nouvelle exposition du 12 octobre au 17 novembre sur les œuvres de l’artiste L’Atlas. 

"Un juste milieu entre l’énergie pulsionnelle du graffiti et la médiation calligraphique."- voilà comment L’Atlas qualifie son propre travail. Des lignes structurées, du noir, du blanc, ces trois facteurs suffisent à l’artiste pour créer des œuvres aussi précises que poétiques, aussi proches du graffiti que de la calligraphie.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"MS 明朝"; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1107305727 0 0 415 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1073743103 0 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-ansi-language:EN-GB;} @page WordSection1 {size:595.0pt 842.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} -->

S’inspirant du Koufi, une forme stylistique très développée dans les arts de l’islam, L’Atlas structure ses toiles par une géométrie fascinante. Le vide du blanc et le plein du noir ont autant de place l’un que l’autre, s’agençant, s’imbriquant, dans une organisation minutieuse. Ces traits unis semblent si parfaits que tracés par une machine, crées par une nouvelle technologie, rappelant la précision d’un QR code.

Anguleuses, ces lignes droites occupent le support sans aucun hasard, elles semblent avoir chacune une place millimétrée, pensée et décidée par l’artiste, dans le but d’offrir une sensation de satisfaction face à ces formes qui semblent avoir trouvé leur emplacement exact. Nos yeux, captés par l’immensité des toiles, suivent alors le trait qui s’étire, puis se coupe : notre regard passe par les ouvertures qui se forment, tels des passages vers les autres parties du tableau. Nous entrons dans une sorte de labyrinthe visuel, où la sortie est laissée ouverte : il suffirait de détourner le regard pour en échapper, notre regard reste pourtant figé sur ces toiles nous hypnotisant. 

Texte : Angèle Imbert

Crédit Visuel : L'ATLAS, Cascade #1, 2018, Laque et encre aérosol sur bois, 148 x 115 cm