Wang Yu, À mains nues

Wang Yu, À mains nues


Exposition du 11 octobre au 17 novembre 2018
Galerie Lazarew, Paris

La Galerie Lazarew présente du 11 octobre au 17 novembre l’exposition À mains nues de l’artiste chinoise Wang Yu.

Les personnages de Wang Yu sont des anges, des êtres spirituels érigeant un pont entre les dimensions célestes et terrestres. Sur une demi-lune d’un jaune proche de celui du soleil, de la taille d’un voilier, ces silhouettes s’amusent, se baladent, se prélassent comme elles le feraient au bord d’une piscine. Le blanc de l’arrière-plan contraste alors avec ces scènes qui se déroulent au centre de la composition. Des pointillés colorés rappellent les étoiles présentes dans les cieux, nous plongeant dans l’immensité de l’univers. Ces créatures divines semblent posséder l’espace, l’imposant comme un terrain de jeux et de vie.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"MS 明朝"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:fixed; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-ansi-language:EN-GB;} @page WordSection1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} -->

Une vie décrite par les nombreux titres des œuvres où un verbe illustre l’action des personnages. Se séparer, s’agiter, s’ébattre, tant de phases que chacun de nous expérimente au sein d’une vie, plaçant ces anges dans une réalité finalement proche de la nôtre. Leur enveloppe insiste sur cela : complètement nu, parfois beige, jaune ou marron, ces corps diffèrent pour chaque, ce sont ceux d’humains, autant similaires que distincts. Leurs seins, leurs muscles, leurs jambes qui s’élancent dans le ciel, défiant la gravité, sont des attributs d’êtres terrestres. C’est en se rapprochant de la peinture, que nous apercevons ce qui fait de ces personnages des anges flottants. Le travail de l’acrylique est poussé jusqu’à obtenir une matière douce, mousseuse. La texture de leur peau, au grain immaculé, dévoile alors les détails de leur enveloppe céleste, caractérisée par une perfection inhumaine.

Texte : Angèle Imbert

Crédit Visuel : Wang Yu, Se situer, 162x130 cm, 2015, Huile et medium acrylique sur toile