Jacques-Henri Sansoulh

Jacques-Henri Sansoulh


Exposition du 05 février au 07 mars 2015
Galerie Lazarew, Paris

Ce n’est qu’à la mort de Jacques Henri Sansoulh, en 2013, que son entourage a découvert l’ampleur d’une oeuvre obsessionnelle produite, pendant plus de 20 ans, dans l’intimité. 

Après des études scientifiques à Toulouse, Jacques-Henri Sansoulh s'installe en 1962 à Paris, où il va mener, durant plusieurs dizaines d’années, une activité cinématographique, d’abord comme assistant, puis comme réalisateur de courts et de longs métrages documentaires.

La peinture a tenu beaucoup de place dans sa vie, au même titre que le cinéma, la musique, le théâtre — comme pour toute la génération qui a connu l’explosion culturelle des années 60.  

Mais ce n’est que tardivement, au début des années 90, qu’il franchit le pas : la peinture devint rapidement son activité principale, sans vouloir pour autant l’exposer. Seuls quelques très proches connaissaient la place qu’elle prenait pour lui désormais.

Durant les vingt dernières années de sa vie, il s’y consacra presque exclusivement, dans une fièvre qui le vit accumuler les œuvres, sans autre souci que sa passion créatrice. 

 -biographie-

Il lègue plus de 1500 travaux sur papier, accumulations envoutantes de taches colorées et de gestes répétitifs, qui semblent relever d’une forme d’exutoire, voire une véritable écriture devenue vitale à mesure qu’il s’isolait de sa vie quotidienne.

 

Chaque oeuvre a été numérotée au jour précis de sa réalisation, ce qui rend plus vertigineuse encore cette aventure secrète d’un homme qui semblait chercher une justification à son existence. Il nous lègue une oeuvre bouleversante, hypnotisante, qui touche au plus profond de chacun d’entre nous.

 

Crédit visuel : Jacques-Henri Sansoulh.