Pierre Buraglio, le parti pris des restes

Pierre Buraglio, le parti pris des restes


Exposition jusqu'au 30 juin 2012

Pierre Buraglio, Le parti pris des restes présente un ensemble d’œuvres récentes et quatre Fenêtres datant du début des années 80. Ces oeuvres ont été réalisées lors de la résidence que l’artiste a eu de 2010 à 2011 à l’Historial de la grande Guerre de Péronne et dans sa continuité.
Le titre de l’exposition, Le parti pris des restes, fait référence à l’ouvrage de Francis Ponge, Le parti pris des choses (1942) et marque le choix de Pierre Buraglio d’appréhender la guerre par la métonymie en travaillant autour d’objets d’une apparente banalité devenant métaphore cathartique de ce terrible conflit militaire.
Cette exposition se décline en cinq volets. Le premier présente des œuvres intitulées Kamerad, travaillées sur bois. Ici Buraglio ne camoufle pas le châssis qui vaut autant que l'oeuvre elle-même. L’artiste a travaillé sur le motif, à la peinture à l’huile divers objets retrouvés sur le front : revolvers, képis, chaussures, besace, marteaux. Détachés de leur situation, peints ou dessinés de manière précise à même le bois, ils semblent suspendus hors du temps.
L'un des volets suivants s’intitule Rêve de soldat. Les objets représentés sont très colorés. Il s’agit d’objets de loisirs, d’accessoires du quotidien des soldats dans les tranchées : damier, trompette, bugle, montre, bouteille de vin... Pierre Buraglio dessine, toujours d’après le motif, sur du carton récupéré, qu’il découpe pour ensuite créer des assemblages aux formes variées.
A travers cette exposition Pierre Buraglio évoque la Guerre sans faire appel aux images attendues ou connues, mais plutôt en exprimant le quotidien des victimes, les moments d’attente, de rêve entre deux batailles, par des objets banals tirés de leur quotidien. Faire appel à la métonymie pour aller à l’essentiel.


Galerie Jean Fournier
22 rue du Bac
75007 - Paris

42 expositions passées