Claude Tétot, Oeuvres récentes

Claude Tétot, Oeuvres récentes


Exposition jusqu'au 26 novembre 2016

 

Du 20 octobre au 26 novembre 2016, la galerie Jean Fournier expose les Oeuvres récentes de Claude Tétot.

Né en 1960 à Angoulême, l'artiste fait des couleurs son matériau privilégié. Ses toiles, la plupart du temps sans titre, révèlent un dialogue écrit par le peintre entre les différents pigments dont il enduit son pinceau.

La peinture de Claude Tétot ne relève ni de l'expressionnisme abstrait, ni du Colorfield painting, ni de l'abstraction géométrique, ni du minimalisme, et semble pourtant les convoquer tous à la fois.

« Je travaille sur la confrontation. J’aime bien que les papiers et les toiles génèrent le doute. Ça amène dans une histoire, dans une confrontation à un environnement, à des formes ou à des textures » explique l'artiste.

L'art de Claude Tétot est un piège. Piège de l'histoire de l'art, des sens et de l'entendement, tant il joue avec les oppositions, et se joue de nos yeux. L'artiste travaille la matière et la profondeur et semble les annihiler toutes les deux dans ces larges aplats de couleurs franches qui brouillent sans cesse les repères et les frontières, entre les différents plans, les différentes perspectives, les différents médiums. Tantôt uniforme, tantôt révélant la touche du peintre ou la liquidité d'un pigment, les aplats de couleurs déclinent en fait la « grammaire des surfaces » qu'Eric Suchère voit dans les tableaux de l'artiste (in Fragments sur Claude Tétot, catalogue de l'exposition présentée à la Galerie Jean Fournier, Paris, 3 mars-2 avril 2011).

Et Eric Suchère d'avancer que Claude Tétot déploie une peinture « rhétorique », « qui semble n'avoir pour but qu'elle-même, et nous fait douter que la peinture ait quelque chose à dire, puisse dire quelque chose ou nous conduit à penser qu'après tout, le monde visible est, lui aussi, une compilation non signifiante et que notre monde, aussi, est éloquent mais ne dit rien ».

Ses toiles sont une énigme mais finalement aussi une règle dont on peut observer la multitude quasi infinie d'applications, et dont chacun de ceux qui écrivent sur lui soulignent « l'efficacité ». A observer ses toiles, on accepte de se laisser emporter, saisir ou étonner par les effets de cette nouvelle langue. On accepte de disjoindre le signifiant du signifié, la représentation de l'objet, et de s'intéresser à la manière dont s'opère le passage de l'un à l'autre, par ces formes comme venues de nulle part, qui semblent ne renvoyer à rien d'autre qu'à elles-mêmes, mais est-ce vraiment certain ?

 

Infos :

Vernissage jeudi 20 octobre.

Ouvert du mardi au samedi, 10h-12h30 et 14h-19h.

Crédit visuel : Claude Tétot, Sans titre, 2014, acrylique sur toile, 180 x 210 cm Copyright Galerie Jean Fournier

Texte : Horya Makhlouf


Galerie Jean Fournier
22 rue du Bac
75007 - Paris

42 expositions passées