Bernard Moninot, Entre temps

Bernard Moninot, Entre temps


Exposition jusqu'au 20 juin 2015

Bernard Moninot capture l’indomptable, trace «  l’indessinable » et transcrit l’indiscernable. Lumière, son et vent constituent sa matière première qui prend forme, ou plutôt s’exprime, via des déploiements graphiques et tridimensionnels. Des déploiements oui, car son travail ne s’inscrit pas dans une catégorie plastique étiquetée peinture / sculpture / installation. Il est de l’ordre de la manifestation comme une frontière entre « ce qui est » et « ce qui n’est pas ». Jean-Christophe Bailly l’explique clairement avec justesse lorsqu’il écrit : « Bien qu'elle [l’œuvre de l’artiste] travaille avec la pigmentation, elle ne ressortit pas à la peinture, bien qu'elle se déploie dans l'espace, elle ne se donne pas à percevoir en tant que sculpture et enfin elle ne relève pas véritablement de ce que l'on entend par installation. Le plus juste serait de dire qu'elle est de l'ordre du dessin : mais un dessin élargi (au sens où Novalis avait pu parler de « poésie élargie ») …».

Un concept encore difficile à saisir ? A en voir ses séries d’œuvres Terminal, Antichambre et A la poursuite des nuages, la brume se dissipe laissant apparaître l’essence de sa réflexion.

Avec la série Terminal, Bernard Moninot se penche sur les espaces d’embarquement des aéroports. Lieux de transition entre deux moments, l’artiste interroge la notion d’attente et fait écho aux œuvres utopiques du constructiviste d’El Lissitsky (1890-1941) qui se définissaient en « attente d’avenir ». Celle de l’Antichambre s’attache à voir et écouter paradoxalement le silence tandis qu’ A la poursuite des nuages est un coup de crayon capturant notre regard à la poursuite de son étendu, étirement et autres déambulations, engendré par les mouvements des nuages au gré du vent.

Présenté pour la première fois à la galerie Jean Fournier, l’artiste expose les trois séries du 6 mai au 20 juin.

 

Vernissage le mercredi 6 mai.

Texte : Anne-Laure Peressin

Crédit visuel : Bernard Moninot, Antichambre 8, 2013 — Acrylique sur soie et papier marouflé sur bois — 41,7 × 29,5 × 2 cm © André Morain


Galerie Jean Fournier
22 rue du Bac
75007 - Paris

43 expositions passées