Asaad Arabi, L’habitat et l’habité

Asaad Arabi, L’habitat et l’habité


Exposition du 13 avril au 13 mai 2017
Galerie Frédéric Moisan, Paris

Du 13 avril au 13 mai 2017, la galerie Frédéric Moisan présente l’oeuvre d’Asaad Arabi, dans une exposition personnelle intitulée L’habitat et l’habité.

Asaad Arabi est un peintre figuratif français. Né à Damas, il a créé tout au long de sa vie une oeuvre consacrée au monde arabe. De la permissivité des années 1960 aux tabous sociaux qui la suivent, il figure les femmes et les hommes au sein de leur société, de leur habitat, de leur ville. L’horreur de la guerre civile libanaise durant les années 1970 a été un sujet particulièrement important dans ses oeuvres : la destruction, la reconstruction deviennent les sujets de ses peintures, « la déformation de la mémoire urbaine et architecturale ».

Désormais, l’actualité syrienne est objet des représentations et thème de l’exposition de la galerie Frédéric Moisan. La réalité d’Alep est figurée, cette ville-fantôme, théâtre d’ombres où les hommes dépérissent. Leurs visages disparaissent, enfoncés dans leurs corps nus.

La colombe de Picasso, symbole de paix, terrassée, se voit dévorée par un corbeau qui la terrasse. La vie disparait, le silence s’installe, les corbeaux et la mort s’immiscent : « C’est l’image de l’absurdité du sadisme collectif renouvelé à chaque fois qu’il y a une guerre civile. » La vivacité des couleurs contraste avec le sujet représenté. Ce sont des toiles sur la détresse des syriens, sur leur pays détruit, sur leur migration forcée.

Infos :

Vernissage jeudi 20 avril 2017.

Ouvert du mardi au samedi, de 11h à 19h.

Crédit visuel : Asaad Arabi, Maisons dévastées, Acrylique sur toile 195 x 114 cm, 2014

Texte : Enguerrand Lascols