Les Gisants d’Or, Christian Paraschiv

Les Gisants d’Or, Christian Paraschiv


Exposition du 05 octobre au 07 novembre 2018
Galerie David Guiraud, Paris

La Galerie David Guiraud présente du 5 octobre au 7 novembre l’exposition Les Gisants d’Or de l’artiste Christian Paraschiv. 

Le travail de Christian Paraschiv se rapproche de l’art corporel. L’artiste utilise son propre corps comme source de son inspiration, telles les prémices de son œuvre. Photographies, radios, rayons X sont autant de procédés utilisés pour capturer son image, et pour ensuite la déformer, la transformer. Y ajoutant de la peinture ou du dessin, Christian Paraschiv complète ces imageries par de la couleur, offrant à ces clichés des nuances vibrantes, presque minérales.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"MS 明朝"; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:1 134676480 16 0 131072 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1107305727 0 0 415 0;} @font-face {font-family:Cambria; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1073743103 0 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"MS 明朝"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-ansi-language:EN-GB;} @page WordSection1 {size:595.0pt 842.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} -->

Ces teintes se retrouvent alors agencées au doré du support, offrant une symphonie colorée. Sur des longs panneaux panoramiques se déroulent des feuilles d’or que l’artiste a agencées, pour ensuite y ajouter son corps précédemment modifié. Si, de loin, les formes crées semblent abstraites, il suffit de se rapprocher pour apprécier la composition ou plutôt recomposition d’un corps humain. Les mains, radiographiées, se retrouvent à leur emplacement logique, à l’extrémité de ce qui semblent être des bras, les pieds se voient placés au bout de ce qui paraît être des jambes. Christian Paraschiv semble alors vouloir décomposer l’image de son propre corps, pour ensuite le recomposer à son gré, s’offrant une liberté infinie de redéfinir ce qui le définit.

Texte : Angèle Imbert

Crédit Visuel : Christian Paraschiv, œuvre présentée à l’exposition Les Gisants d’Or