Frantisek Kupka, Œuvres des années 1910 à 1930

Frantisek Kupka, Œuvres des années 1910 à 1930


Exposition du 08 septembre au 29 octobre 2016
Galerie Antoine Laurentin, Paris

Du 8 septembre au 29 octobre, la galerie Antoine Laurentin consacre une exposition aux oeuvres des années 1910 à 1930 de Frantisek Kupka.

Né en Autriche-Hongrie en 1871, Frantisek Kupka est un pionnier de la peinture non objective. 

A ses débuts caricaturiste et dessinateur, il évolue vers la peinture abstraite après avoir déménagé en banlieue parisienne au début du XXe siècle et fréquenté le cercle d'amis et d'artistes de Jacques Villon, le futur groupe de Puteaux.

En interrogeant les questions relatives à la peinture et la musique, au Cubisme et au Futurisme, il considère l'ornement décoratif en tant qu'élément indépendant de l'Art nouveau. 

Lorsqu'il expose à la Section d'or du Salon d'automne de 1912, il dévoile ses toiles abstraites dont la rythmique marque son intérêt pour la musique et la représentation de l'objet en mouvement. Il rennonce aux contours fixes pour décomposer et recomposer la réalité dans une sorte de synthèse abstraite.

Vernissage le mercredi 7 septembre.

Du 8 septembre au 29 octobre, la galerie Antoine Laurentin consacre une exposition aux oeuvres des années 1910 à 1930 de Frantisek Kupka.

Né en Autriche-Hongrie en 1871, Frantisek Kupka est un pionnier de la peinture non objective. 

A ses débuts caricaturiste et dessinateur, il évolue vers la peinture abstraite après avoir déménagé en banlieue parisienne au début du XXe siècle et fréquenté le cercle d'amis et d'artistes de Jacques Villon, le futur groupe de Puteaux.

En interrogeant les questions relatives à la peinture et la musique, au Cubisme et au Futurisme, il considère l'ornement décoratif en tant qu'élément indépendant de l'Art nouveau. 

La foire ou La Contredanse, v. 1920, pastel.

Lorsqu'il expose à la Section d'or du Salon d'automne de 1912, il dévoile ses toiles abstraites dont la rythmique marque son intérêt pour la musique et la représentation de l'objet en mouvement. Il rennonce aux contours fixes pour décomposer et recomposer la réalité dans une sorte de synthèse abstraite.

Vernissage le mercredi 7 septembre.

Crédit visuel : František Kupka, Amorpha, vers 1911,gouache signée en haut à gauche, 17,5 x 18,5 cm.

 

Texte : A.L. Peressin