Ma Desheng, 1992-2002 : Renaissance

Ma Desheng, 1992-2002 : Renaissance


Exposition jusqu'au 01 juin 2015

Oscillant entre abstraction et figuration, les toiles de Ma Desheng sont à son image : une symbiose des contraires.

A sa chevelure longue grisonnante et son handicapante chaise roulante répondent la vitalité de sa palette et une énergie des plus combatives. Des notions antinomiques qui s’accordent à l’unisson, somme d’un parcours des plus singuliers…     

Au lendemain du « réalisme socialiste » maoïste, Ma Desheng pose la première pierre sur laquelle va  s’édifier une nouvelle ère : celle de l’art contemporain en Chine. S’affranchissant de l’« art-production » au service de la propagande, il fonde le groupe avant-gardiste des « Etoiles ». Sans atelier de peinture, ni endroit pour exposer, les membres prônent la liberté d’expression et défient les autorités en accrochant leurs travaux sur les grilles extérieures du Musée des Beaux-arts.

C’est le début d’une ascension : ses expatriations l’emmènent en Suisse, en France, à New-York ; ses désinvoltures nourrissent son insatiable créativité ; sa fougue croît comme les dimensions de ses œuvres ; tout s’élève, se développe, s’amplifie… jusqu’à l’accident.

1992, Ma Desheng perd la mobilité de son corps. Pendant 10 ans, l’artiste laisse place à l’homme. Une décennie de rééducation, de réapprentissage mêlés à une volonté de fer et un courage combatif sont nécessaires pour qu’en 2002, l’artiste renaisse.  

De la première pierre posée à celles peintes sur ses toiles, Ma Desheng incarne la citation de Philolaos, philosophe antique :  « l’harmonie provient toujours des contraires ».

Une phrase qui s’illustre à la vue de ses galets qui s’empilent dans un équilibre fragile, pourtant stable et apaisant. A celle de la matière picturale se manifestant physiquement sur les pierres contrastant avec les aplatsparfaitement lissés des fonds. De la solidité et la dureté de la roche tranchant avec la douceur de ses arrondis et de son apparence renflée. Ou encore à la découverte de certaines formes évoquant des « êtres de pierre » pourtant bien loin d’une insensibilité à toute émotion.

Aujourd’hui, l’A2Z art gallery lui adresse un bel hommage en lui consacrant une exposition intitulée 1992-2002 : Renaissance. Un titre fort, porteur de sens.

Vernissage le samedi 25 avril 2015 à partir de 18h.

Texte : Anne-Laure Peressin

Crédit visuel : Sans Titre, acrylique sur toile, 130 x 162 cm, 2007


Galerie A2Z Art Gallery
24, Rue de l'Echaudé
75006 - Paris

25 expositions passées