Relics, Ceysson & Bénétière

Relics, Ceysson & Bénétière


Exposition du 06 septembre au 06 octobre 2018
Ceysson & Bénétière, Paris

Du 6 septembre au 6 octobre, la Galerie Ceysson & Bénétière présente Relics, une exposition qui regroupe trois artistes américains - Nikita Gale, Tony Matelli et Sarn Moyer.

Dans un rapport étroit avec la temporalité, trois artistes venus des États-Unis adoptent une approche d'« archéologues du futur ».  Prenant pour titre d'exposition Relics – en français « reliques » - ils manifestent un certain intérêt pour le souvenir d'un objet sacré, auquel on attache une importance particulière.
Car tout en considérant l'évolution des pratiques dans l'histoire de l'art, ils conjuguent les médiums et donnent lieu à une exposition contemporaine qui se situe entre peinture, sculpture et installation.

Matériaux composites, fragments de marbres trouvés dans des chantiers ou encore vêtements suspendus composent des œuvres disparates en trois dimensions. Parmi ces éléments, une statue noircie, comme calcinée, présente une femme à la tête lisse, privée des différentes parties qui constituent un visage. C'est alors qu'une impression de « déjà-vu » prédomine : moulée en bronze puis peinte pour donner une impression d'altération, la sculpture imite la statuaire grecque antique. L'accent mis sur les formes par un déhanché qui valorise les courbes ainsi que la présence de drapées qui couvrent partiellement les jambes de l'individue confirment cette comparaison.
Comme usée par le temps, la sculpture paraît fanée, et laisse deviner la décomposition à venir des bananes posées en équilibre sur elle, destinées à pourrir avec le temps. Cette association entre matériau noble qui parcourt les siècles - volontairement vieilli - et ces bananes destinées à disparaître, pose un regard sur la transformation et la considération des objets.

C'est donc dans la projection d'une pensée a posteriori que l'exposition s’établit. Ici, trois artistes américains composent avec des pratiques antérieures qu'ils manient comme un héritage à désacraliser. Entre rupture et ralliement, Relics apparaît comme un titre d'exposition à double entente; si bien qu'il semble difficile de déterminer si les choix plastiques des artistes estiment la valeur de l'objet et/ou son potentiel matériel.

Texte : Clara Kientzy

Visuel : Tony Matelli, Woman with Bowl, 2017, béton et bronze peint, 168 x 50 cm, courtesy Ceysson & Bénétière, © Aurelien Mole