Temps Modernes. La mémoire de l'esclavage et l'art contemporain

Temps Modernes. La mémoire de l'esclavage et l'art contemporain


Exposition jusqu'au 03 octobre 2015

Du 8 septembre au 3 octobre, la galerie Vallois présente Temps Modernes. La mémoire de l'esclavage et l'art contemporain. Des grands noms de l'art contemporain africain et caribéen se penches sur l'analyse d'aujourd'hui que l'on prête à l'esclavage. 

Parmi eux l'artiste béninois né en 1982, Rémy Samuz dévoile sa sculptureVikpévie (petit enfant) réalisée en 2015. Réalisée en fils de fer, cette oeuvre dénonce l’esclavagisme « moderne » à travers la fragile silhouette d’un enfant dont le poignet est enchainé à un casque militaire. Il le tient tel un mendiant faisant l’aumône, détournant le visage pour dénoncer l’oppression qu’il subit.

« L'esclavage a pris de nouvelles formes, comme les enfants soldats et au lieu de disparaître, il augmente. Plus que jamais, il faut lutter contre toutes les oppressions pour notre LIBERTÉ » revendique l'artiste. Un témoignage qui permet de ne pas oublier que l'esclavage moderne est toujours d'actualité que ce soit dans la prostitution subie, le travail des enfants ou encore le mariage forcé...

Article : Anne-Laure Peressin

Visuel : Rémy Samuz (artiste béninois né en 1982), Vikpévie (petit enfant), 2015, fil de fer, 112 x 62 x 32 cm © Charles Placide Tossou - Galerie Vallois


Vallois 41 Sculptures
41 rue de Seine
75006 - Paris