Paris-Cotonou-Paris

Paris-Cotonou-Paris


Exposition jusqu'au 31 mars 2017

Du 9 au 31 mars 2017, la galerie Vallois présente l’œuvre de Gérard Quenum et Daphné Bitchatch, dans une exposition intitulée Paris-Cotonou-Paris.

Réaliser un trait d’union entre le Bénin, pays qui vante à l’heure actuelle une fleurissante scène artistique, et la France est un projet qui a vu le jour lors de la rencontre entre Monsieur Robert Vallois et le président de l’organisation HED (Hospitalité et Développement). A partir de mars et  tous les deux mois, des créateurs autochtones ou étrangers en rapport avec ce pays sont invités à exposer dans le cadre de Paris-Cotonou-Paris. La liaison entre Cotonou et Paris s’est établie lors  de l’ouverture du Centre Arts et Cultures de Lobozounkpa, dirigé par Dominique Zinkpè artiste représenté par la galerie Vallois. 

Daphné Bitchatch, plasticienne d’origine lilloise, est l’une des résidentes du Centre. Alliant  l’expression artistique avec l’engagement social, elle travaille simultanément au Mali et en France. Attirée par les ferrailles chinées dans les rues ou les marchés, elle explore les possibilités que ce médium offre pour réaliser des sculptures. Des clous plats soudés deviennent des bijoux, des crochets façonnent le feuillage d’un arbre. Le recyclage se transforme vite en détournement : l’objet vidé de sa fonction primaire vit une seconde vie pour devenir oeuvre qui entraîne une réflexion existentielle.

Les cimaises de la galerie Vallois seront également partagées avec les oeuvres de Gérard Quenum. Né à Porto Novo, la capitale officielle du Benin, Gérard Quenum fait partie de la dernière génération d’artistes francophones travaillant dans son pays, désireux de s’ouvrir à l’international. Artiste autodidacte contraint d’abandonner prématurément les études pour travailler, il s’exprime à travers des matériaux bruts glanés dans la rue, tels de petites poupées, cheveux arrachés, bouts de tissu. Ses assemblages évoquent les statues de l’art africain. En hommage à sa tradition culturelle, sans en faire un élément folklorique, il imprègne les objets de sa sensibilité et sa vision du monde.

Un véritable dialogue s’instaure entre les univers de deux artistes, qui révèlent avoir un substrat commun. Une religiosité populaire et ancestrale surgit des objets-talismans. Le Vaudou, pratique occulte parmi les plus anciennes au monde, a le privilège d’avoir été reconnue comme l’une des religions officielles du Benin. 

Une exposition à voir pour élargir ses horizons, se plonger dans une réalité artistique et confronter nos yeux à des canons esthétiques inusuels.    

 

Infos :

Vernissage mercredi 9 mars 2017.

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h.

Crédit visuel : Gérard Quenum, La Vendangeuse

Texte : Ilaria Fagone


Vallois 35
35 rue de Seine
75006 - Paris

25 expositions passées