Galerie Teodora, Paris

Exposition du 18 mai 2017 au 30 juin 2017


Salvatore Alessi, Sablier


Du 18 mai au 30 juin 2017, la galerie Teodora présente l’oeuvre du peintre Salvatore Alessi dans le cadre d’une exposition personnelle intitulée Sablier.

Salvatore Alessi est un artiste italien travaillant en Sicile. Après des études à l’Académie des Beaux-Arts de Palerme il devient scénographe pour le théâtre. A partir de 2006, il se consacre entièrement à la peinture, ses créations faisant alors l’objet de nombreuses expositions — en Italie particulièrement et plus récemment à New-York. Jusqu’au 30 juin, la galerie Teodora présente les dernières oeuvres de l’artiste et son univers complexe, autant poétique qu’inquiétant.

La société actuelle est le sujet central des créations de Salvatore Alessi qui révèlent ainsi le profond pessimisme de l’artiste à l’égard de la vie moderne. Le trouble est figuré, l’anxiété palpable. Qu’ils soient représentés en groupe ou de manière individuelle, les hommes sont toujours solitaires, effacés, perdus dans leurs questionnements et leurs incertitudes.

Autour d’eux, le monde réel est sens-dessus-dessous, la nef d’une église classique se renverse sur elle-même, les caissons du plafond deviennent le sol de cet étrange espace, les mosaïques du pavement sa voute. Au centre de ces superbes architectures, l’homme se referme sur lui-même, le regard fermé, concentré sur un journal ou un ordinateur. Les objets de communication modernes — omniprésents dans nos vies contemporaines — envahissent l’esprit tourmenté des hommes et semblent obstruer leur regard.

Aussi, le titre théologique de l’une des toiles pourrait en révéler le thème : Retable. Dans notre société hypermediatisée et égocentrique, l’homme est devenu le seul but proposé à l’homme. Il devient donc sujet à sa propre adoration, nouvelle figure sacrée ayant remplacé les cultes. 

Détachés du sol, ils en deviennent détachés du réel, déracinés de leur être intérieur. Comme attirés par une force les réduisant à n’être qu’une masse, ils s’envolent et se regroupent, perdant ainsi toute individualité, toute identité.

Dans un article de 1935 entrant en écho avec l’art de Salvatore Alessi, le critique d’art René Huyghe déclare : « Cet art italien moderne [...] pose toute la question de notre Occident vieillissant, avec une acuité qu’il est seule à posséder. Il reflète l’angoisse d’un monde entraîné dans la fatalité déchainée de forces dont il se croyait, hier encore, [...] possesseur joyeux, d’un monde désormais inquiet de son avenir et inquiet de ses buts. »

Infos :

Vernissage mercredi 17 mai 2017.

Ouvert du mardi au samedi, de 11h à 19h.

Crédit visuel : Salvatore Alessi, Retable, huile sur toile, 200 x 150 cm, 2017.

Texte : Enguerrand Lascols