H Gallery, Paris

Exposition du 05 septembre 2018 au 06 octobre 2018


In Your Mind, H Gallery


Du 5 septembre au 6 octobre, la H Gallery met en lumière des artistes phares du monde arabe rarement présentés en France dans une exposition intitulée In Your Mind.

Invitée par la H Gallery, Olfa Feki, commissaire spécialiste du monde arabe, choisit d'exposer des artistes originaires du Maghreb et du Moyen-Orient. En provenance de différents horizons parmi le vaste monde arabe ; ces cinq artistes s'accordent dans une pratique qui porte un regard sur une commune « identité culturelle ». Pourtant, l'intitulé de l'exposition In Your Mind (« dans votre tête/esprit ») semble s'adresser au spectateur, ici parisien, comme pour l'inciter à s'interroger sur les stéréotypes identitaires auxquels il est lui même confronté.

Pour se détacher ou pour s'inclure, nous nous positionnons parmi ou en contradiction avec les « autres ». Dans le cadre de cette exposition, cinq artistes, autant de pays (Irak, Arabie Saoudite, Tunisie, Liban, Égypte) et de techniques de production et pourtant, la H Gallery semble investie d'une réflexion controversée concernant l'appartenance de ces artistes à une « même » identité culturelle.

Dans des autoportraits filmés, l'artiste saoudien Ahaad Alamoudi s'environne et se vêtit d'un motif constellé de grenades comme s'il avait souhaité se jouer du double-sens de ce mot dans notre langue - entre le fruit et l'arme explosive. Et tandis que ce visage barbu interroge sa propre image, les sérigraphies d'Ali Cha'aban envoient un message fort tant il contraste : l'artiste imprime l'image de Wonder Woman sur un tapis persan.

In Your Mind se compose d'une saisissante richesse plastique venue d'un « autre » monde, le « monde arabe ». Pourtant, l'exposition se fait témoin des complexités identitaires qui questionnent tous les Hommes. En cela, cet événement métissé invite à la rencontre de l'« Autre », et induit une réflexion universelle sur l'appartenance et l'appropriation, à l'exemple du rapport qu'ont les artistes avec leur corps et leur image.

Texte : Clara Kientzy

Crédit visuel : Ali Cha'aban, The Brocken Dream II, 2018, sérigraphie sur tapis persan, 143 x 230 cm, Edition 2/3, Courtesy Hafez Gallery, Djeddah