Galerie Lélia Mordoch, Paris

Exposition du 23 novembre 2018 au 12 janvier 2019


Jean-Claude Meynard, Chants fractals


Jean-Claude Meynard expose ses Chants fractals à la galerie Lélia Mordoch du 23 novembre 2018 au 12 janvier 2019. Rencontre entre art numérique, musique et géométrie.

Peindre la musique, ou plutôt peindre « en correspondance » avec des partitions musicales. Voilà la démarche artistique engagée par Jean-Claude Meynard dans ses Chants fractals. Depuis près de quarante ans, l’artiste explore la complexité du réel. Pour servir cette quête, il met à contribution les outils numériques et la figure fractale, objet mathématique, telle une courbe ou une surface, dont la structure est invariante par changement d’échelle. Autrement dit, il crée une représentation figurée en démultipliant la silhouette d’une forme autant que nécessaire pour que celle-ci participe à la conception d’un plus large motif. Chaque forme répond à une couleur et à un son.

De prime abord, l’impression numérique Lotus Fractals Reflets passe pour une représentation onirique d’une grenouille posée sur un nénuphar. Mais si nous nous approchons, nous découvrons avec émerveillement qu’il s’agit en fait d’une composition complexe et précise de formes vertes, bleues, noires et blanches ponctuées de vecteurs mathématiques semblables aux fils d’une toile d’araignée tissée sur toute la surface de l’œuvre. Surgit alors une dimension poétique qui, une fois mise en relation avec le morceau de Claude Debussy Reflets dans l’eau, nous hypnotise et nous fait prendre conscience de combien l’infiniment grand a besoin de l’infiniment petit pour exister.

 

Texte : Marie-Amélie Muriel

Crédit : Jean-Claude Meynard, Lotus Fractal Reflets, 2018, impression numérique sous plexiglas, 66 x 51 cm – Musique : Reflets dans l’eau, Claude Debussy