Galerie E.G.P., Paris

Exposition du 29 janvier 2013 au 16 mars 2013


Igor Josifov et Nicholas Portalupi


Igor Josifov présente ses dessins brûlés réunissant deux éléments antagoniques, le feu et le papier. Ceux-ci sont utilisés pour créer des portraits intenses d’une irrésistible présence.

L’artiste joue avec la transformation. En reconfigurant les éléments naturels et leur caractéristiques, Josifov est capable de créer un objet totalement nouveau : mêmes éléments, mêmes ingrédients, utilisés selon un processus différent pour donner naissance à une œuvre unique. Les gens représentés ont été libérés par le feu de leur passé qui persiste comme une trace sur le papier. Ils peuvent maintenant écrire leur futur.

 

Les collages de Nicholas Portalupi utilisent cette idée de permutation, créant des œuvres uniques par leur caractère sombre et lumineux à la fois.

Les permutations permettent aux entités d’être réinventées ou détruites, laissant place à la réflexion de Portalupi sur les dissonances entre structure physique et ineffable essence. Portalupi brise et redistribue l’information, les textures, les objets, les compositions et n’hésite pas à enterrer des éléments qui existent déjà pour donner un sentiment d’isolement face à un univers entièrement connecté. Les permutations permettent la multidimensionnalité et elles sont à la base de la géométrie de l’univers. Comme il peut y avoir un infini nombre de permutations, la création est donc inépuisable, et la vie, qui nous est inconnue, éternelle.