Galerie Arcturus, Paris

Exposition du 03 novembre 2017 au 25 novembre 2017


Marc Riboud, La jeune fille à la fleur, 50 ans après


Du 3 au 25 novembre, la galerie Arcturus présente l'exposition La jeune fille à la fleur, 50 ans après de Marc Riboud (1923-2016) ; retour en forme d'hommage sur une photo emblématique, et d'autres clichés marquants dans la carrière du photographe. 

Est-il encore nécessaire de présenter Marc Riboud, véritable monstre de la photographie qui s'est éteint en 2016 à l'âge de 93 ans ? Libre et engagé, l'art de l'instantané comme passion, ce maître du noir et blanc arpente la planète toute sa carrière durant. L'Orient, l'Asie, l'Afrique... dès les années 60, Marc Riboud couvre les évènements majeurs qui secouent le monde – des prémices de la révolution culturelle en Chine jusqu'au procès du tortionnaire nazi Klaus Barbie, en passant par les indépendances et les conflits armés en Algérie et en Afrique noire, et même plus récemment l'élection de Barack Obama en 2008. « Il ne faut pas se laisser aller à photographier l’exceptionnel », confiait l'artiste avant sa mort ; sa vie faite de voyages et d'images en est pourtant empreinte.   

Des images iconiques engagées qui restent à jamais gravées dans l'Histoire. A l'instar de La jeune fille à la fleur, l'un de ses clichés – si ce n'est – le plus célèbre. Le monde entier connaît cette scène. Nous sommes le 21 octobre 1967, devant le Pentagone, le ministère de la Défense américaine à Washington. Marc Riboud assiste à une manifestation contre l'intervention américaine au Vietnam ; aux cris des « Make Love, Not War », une jeune manifestante s'approche d'une rangée de soldats de la Garde nationale. Aux baïonnettes pointées sur elle, Jan Rose Kasmir oppose une fleur, présentée telle une offrande. L'antithèse visuelle surgissant de cette scène invraissemblable est d'une puissance inouïe : à l'attitude de paix et d'amour déployée par cette jeune fille en robe, se heurtent la violence et l'aggressivité ostensibles de ces hommes en uniformes. Parenthèse dans le temps et l'espace à la tension palpable, Marc Riboud signe ici un cliché historique, devenu le symbole du « Flower Power » des hippies durant les années 1960-1970. 

L'exposition La jeune fille à la fleur, 50 ans après nous renvoie ainsi à la genèse de cette photo culte, et offre à voir d'autres clichés inédits pris cette année 1967 au Vietnam, à Berlin et à Washington. L'occasion, aussi, de redécouvrir l'oeuvre immense du maître Marc Riboud. 

Vernissage le jeudi 2 novembre. 

Texte : Léa Houtteville

Crédit visuel : Marc Riboud, La jeune fille à la fleur, 1967, Washington ©Bureau de Marc Riboud