Moï Wer, Ci-Contre

Moï Wer, Ci-Contre


Exposition du 12 septembre au 23 décembre 2012
Fondation Henri Cartier-Bresson, Paris

La Fondation HCB présente jusqu'au 23 décembre une exposition du photographe lituanien Moses Vorobeichic dit Moï Wer, puis Moshé Raviv (1904-1995).
Cette exposition présente pour la première fois en France les 110 tirages originaux du livre Ci-contre, oeuvre d’un artiste brillant à la croisée de la Nouvelle Vision et des recherches cinématographiques les plus avancées de l’époque. La présentation de cet ensemble important de tirages d’époque permet de découvrir le génie artistique de ce photographe à l’itinéraire insolite.

Le troisième grand projet de Moï Ver, Ci-Contre, est mené pendant l’année 1931. Il modifie son nom pour Moï Wer. Après trois mois de travail, il envoie la maquette définitive du projet, composée de 110 tirages en vis-à-vis, à Franz Roh. Professeur d’histoire de l’art à Munich, directeur de la collection Fotothek, Roh est également l’auteur du livre Foto-auge qui accompagnait l’exposition Film und Foto, présentée à Stuttgart en 1929. Intéressé par le travail de Moï Wer, il cherche un éditeur pour le projet, mais les bouleversements politiques de l’époque empêchent finalement la parution et la maquette reste en possession de Franz Roh. Moï Wer perd le contact avec Roh en 1933 et vers 1940-1945, pensant la maquette perdue, il tente de reconstituer la série de mémoire. Alors que la première maquette se concentre sur la nature et l’architecture, ces 30 doubles-pages mettent l’accent sur les personnages. Moï Wer note que la première version porte encore l’empreinte du Bauhaus et d’Albers. L’aspect nature morte domine. La deuxième, quant à elle, est pleine de vie.

En 1968, Ann et Jürgen Wilde, collectionneurs allemands, acquièrent la maquette originale de Ci-Contre. Ils se mettent alors à la recherche de son auteur. Après plusieurs années d’enquête, ils envoient une première lettre à Moshe Raviv en 1972.
Au cours de leurs échanges, le photographe exprime son plaisir de savoir la maquette de Ci-Contre conservée. Dans les années 1980, le travail de Moshe Raviv est présenté dans des expositions sur le Bauhaus. Le photographe s’éteint en 1995 à Safed et ce n’est qu’en 2004, après en avoir acquis les droits, qu’Ann et Jürgen Wilde publient l’ouvrage Ci-Contre en fac-similé.