On Air

On Air


Exposition du 21 juin au 02 septembre 2012
Centre Georges Pompidou, Paris

La création sonore est dans l'air du temps. On Air met à l'honneur les relations fécondes entre arts visuels et production sonore grâce à une série de dispositifs inédits. Au cœur du Studio 13/16, l'œuvre untitled 1996 (rehearsal studio no. 6, silent version) de l'artiste Rirkrit Tiravanija brouille les pistes (sonores) et s'ouvre ainsi à l'expérimentation et à la création. Equipé de deux guitares électriques, de micros, d'une basse et d'une batterie électroniques, cette installation permet à des musiciens en herbe ou confirmés d'y enregistrer gratuitement, sur réservation, pendant une heure, durant les heures d'ouverture du Studio 13/16.
Insonorisée par des murs transparents, la musique jouée en live à l'intérieur de cette pièce devient aphasique aux yeux du public, créant alors une dissonance entre les attentes du visiteur, les gestes des musiciens et l'absence de sons. Les visiteurs peuvent cependant, à tour de rôle, vivre l'expérience sonore grâce à des casques d'écoute situés sur les parois du cube et grâce aux archives mises à disposition.
Cette dualité, par le contraste qu'elle provoque entre l'intérieur et l'extérieur, entre l'inaudible et le visible, crée une situation où la fonction du spectateur est mise à mal, où de nouvelles formes de médiation émergent de la relation entre le visiteur et l'œuvre d'art. De fait, Rirkrit Tiravanija aime provoquer des situations d'expérimentation partagées, immédiates, où le visiteur glisse, à son insu, du statut de spectateur à celui de participant.
Untitled 1996 résonne particulièrement avec la culture adolescente et les mouvements contre-culturels dont elle se nourrit, des pratiques urbaines aux musiques expérimentales en passant par une recherche identitaire, parfois transgressive. De fait, cette œuvre invite les adolescents à 'performer' dans l'œuvre, à jouer, à enregistrer leur propre musique et à repartir avec un CD de leur composition. Au mur, une frise de 30m2 réalisée par Le Tone invite les adolescents à écrire une histoire décalée des interactions entre la création visuelle et les arts sonores, une fresque sur laquelle le public partage ses cultures musicales et artistiques, une manière de démontrer, si besoin est, que la confrontation de ces disciplines permet aujourd'hui encore d'inventer de nouveaux territoires de création.