Jeff Koons, la rétrospective

Jeff Koons, la rétrospective


Exposition du 26 novembre 2014 au 27 avril 2015
Centre Georges Pompidou, Paris

Vous ne l'ignorez sûrement pas, l'exposition la plus attendue de l'année a ouvert ses portes au Centre Pompidou ! 

Hypermédiatisé, adulé, blâmé, "The New Koons" - comme il aime à se nommer - est la cible de toutes les attentions. 

Cette rétrospective excitera les foules tant que les controverses puisqu'elle est la première complète consacrée à l'artiste en Europe. Quelque cent sculptures et peintures plus loufoques les unes que les autres envahissent un espace immaculé et dessine un paysage artistique de trente-cinq annés. 

Le retentissant Balloon Dog, le fameux Rabbit ou encore Michael Jackson and Bubbles répondent présents aux côtés de sa première série "Inflatables" ou de sa plus provocante "Made in Heaven", le représentant dans des scènes pornographiques avec la Cicciolina.

Mais connaissez-vous vraiment le travail de Jeff Koons ? L'homme est profondément animé par deux choses : la perfection et la réconciliation des contraires. 

A l'image d'un Dali qui peignait à la loupe certaines toiles pour réaliser des détails méticuleux, Jeff Koons est obsédé par l'excellence, la qualité et la technique. Il s'entoure de professionnels, de spécialistes et du meilleur savoir-faire pour atteindre un hyper réalisme déconcertant

L'illusion est efficace : avec la série "Celebration", ses jouets gonflables en acier inoxydable ou coulés dans l'aluminium pèsent parfois plus d'une tonne et semblent pourtant être léger comme du vinyle gonflé. Tous les détails sont reproduits du pli délicat de la matière contorsionnée à la surface parfaitement lissée et tendue qu'exercerait la pression de l'air.

Ses oeuvres ont pour dénominateur commun d'être toutes figuratives. Point d'abstraction pour Jeff Koons qu'il juge comme un art élitiste réservé aux privilégiés. En reprenant les images populaires et les produits issus de la consommation de masse, "The New" se veut être l'apôtre d'un message fédérateur en réconciliant les contraires. Art et artisanat, populaire et bourgeois, enfance et monde adulte sont ses sujets antinomiques de prédilection. En élevant ses objets ordinaires et souvent triviaux au statut d'oeuvre, il fait de l'art "de tous".

Choisis dans toutes les formes de culture, ses produits manufacturés dérisoires sont moulés pour être reproduit en tailles démesurées aux couleurs flashy et chromées. Conséquence, de l'objet si banal émerge une boule à facette luxueuse et convoitisée. 

Du kitsch controversé peut-être parce que destiné à la compréhension de tous...à défaut du porte-monnaie. A vous de juger lors de votre visite au Centre Pompidou.

 

Crédit visuel : Lobster, 2003. © Jeff Koons