Gérard Fromanger

Gérard Fromanger


Exposition du 17 février au 16 mai 2016
Centre Georges Pompidou, Paris

Du 17 février au 16 mai, le Centre Pompidou poursuit sa mise en valeur de la création picturale contemporaine made in France en consacrant une rétrospective à Gérard Fromanger.

 

Projet voulu par les commissaires de l’exposition : rendre sensible, à travers un parcours non chronologique, la dualité d’un œuvre tendu entre recherche picturale et engagement politique, entre exploration patiente, minutieuse d’un medium et souci du monde. Né au début de la guerre en 1939, l’artiste est sans nul doute un « enfant de Marx et de Coca-Cola ». Du premier, il hérite son engagement politique, qu’il met en œuvre dès mai 1968 à l’Atelier populaire des Beaux-Arts en réalisant des affiches pour la lutte des étudiants et des ouvriers, mais aussi en exposant ses « souffles » dans les rues de Paris ou en collaborant aux ciné-tracts de Jean-Luc Godard. Du deuxième, il en détourne les codes, y puise l’esthétique publicitaire et ses couleurs saturées.

 

Gérard Fromanger, Série « le désir est partout », 1974, Huile sur toile, 200 x 300cm, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Crédits : Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist RMN/ Philippe Migeat

Mais Fromanger est aussi, et sans doute avant tout, un peintre considéré comme un des acteurs essentiels de la figuration narrative. Dès sa participation au Salon de la Jeune Peinture, il tisse une œuvre en mouvement, sans cesse réinventée, sans cesse questionnée et remise à plat. Son pinceau donne à voir mais surtout à raconter en transfigurant le réel dans l’espace plastique, de la rue au portrait, en passant silhouette et la poésie. De la série « Le tableau en question » aux portraits de Foucault dont il était l’ami et aux Rhizomes et Quadrichromies, il n’aura cessé d’affirmer son plaisir de peindre. « Le trouble, affirme-t-il ainsi, c’est le pinceau qui court sur la toile, l’autre peau du monde. »