Edvard Munch, L'œil moderne 1900-1944

Edvard Munch, L'œil moderne 1900-1944


Exposition du 21 septembre 2011 au 09 janvier 2012
Centre Georges Pompidou, Paris

L’image accolée à Edvard Munch est celle d’un peintre solitaire et tourmenté. S’il est le contemporain de Kandinsky et Mondrian, son œuvre aux accents symbolistes semble résolument en marge du modernisme qui émerge au tournant du vingtième siècle.
L’enjeu de la rétrospective que lui consacre le centre George Pompidou est d’égratigner ce poncif. « Edvard Munch, l’œil moderne » suggère que non seulement le peintre norvégien s’est très largement associé à la vie culturelle et artistique de son époque, mais qu’il a fait sien les questionnements esthétiques et mediums propres à ses contemporains.
Rassemblant 140 œuvres (peintures, photographies, films, sculptures et travaux sur papier) distribuées en 9 thématiques, l’exposition découvre tour à tour un Munch photographe (l’artiste acquiert un appareil photo à Berlin en 1902, et pratique abondamment l’autoportrait), féru d’image animée, passionné de théâtre (il subit notamment l’influence de Strinberg et Reinhardt) et puisant les motifs de ses œuvres dans la presse illustrée ou le cinéma. Cette curiosité pour tout ce qui a trait à la modernité nourrit le travail du peintre norvégien et en éclaire certains leitmotive. Elle explique par exemple que la répétition soit l’une des constantes de la peinture munchienne, ou que l’artiste ait adopté dans certaines toiles le régime de vision et les jeux optiques propres au cinéma…