Géographies nomades

Géographies nomades


Exposition du 25 mai au 13 juillet 2012
Beaux-Arts de Paris, Paris

L’École nationale supérieure des Beaux-Arts présente dans les galeries d’exposition du quai Malaquais l’exposition annuelle des jeunes artistes ayant obtenu le diplôme national supérieur d’arts plastiques (Dnsap) avec les félicitations du jury.
Géographies nomades regroupe une génération d’artistes dont le travail témoigne d’un esprit nomade. Celui-ci est étroitement relié aux notions de déambulation, de parcours et de territoire. Géographies nomades cartographie un territoire de pensée et ne cherche pas à déterminer des contenus. Il prélève une circulation d’idées, de façons de faire, de processus et de mise en œuvre de façon matérielle de ces derniers. Le Code QR est devenu l’emblème de Géographies nomades, sur la proposition d’une des artistes de l’exposition, Agathe Benoît. Ce Code, aujourd’hui omniprésent dans l’espace urbain, est conçu pour orienter, informer et suggérer. Installé sur la couverture du catalogue, il renvoie aux Beaux-Arts de Paris, mais permet d’appréhender cette institution en la situant dans un espace ouvert et élargi. Les Beaux-arts de Paris deviennent ici un point nodal situé sur le globe et ouvert sur le cosmos, c’est le terrain de jeu des artistes de demain.
Dans cet esprit d’ouverture, Chantal Pontbriand a sollicité dix critiques, qui ont été appelés à travailler avec l’ensemble des quatre-vingt-dix-neuf diplômés de 2011. Ces rencontres ont généré des textes qui se retrouvent à la fois dans le Catalogue des diplômés et dans celui de Géographies nomades. Ces critiques sont : Léa Bismuth, Raphaël Brunel, Gallien Dejean, Damien Dellile, Theodora Domenech, Marie Frampier, Julie Jones, Hélène Meisel, Olivia Speer et Anne-Lou Vicente.