Agenda des expositions des muséees et galeries

34 en cours 4 à venir 7548 passées


Galerie A2Z Art Gallery, Paris

Hom Nguyen, Trajectoire

Exposition du 14/10 au 25/11/2017 En cours

Du 14 octobre au 25 novembre, la galerie A2Z Art Gallery présente l'exposition Trajectoire du célèbre artiste peintre Hom Nguyen (1972-) ;  une démarche introspective, dans l'intimité d'un homme fasciné par le visage humain. 

D’origine vietnamienne, né en 1972 à Paris, Hom Nguyen est un artiste autodidacte au « style instinctif et sans complexe » comme il aime à se définir. Travaillant au fusain, au feutre gouache, à l'huile et même au stylo, ses toiles sont le reflet des âmes qu'il peint ; des portraits monumentaux, esquissés d'un geste vif et aérien, sortes de gribouillages d'où émergent des visages empreints d'une intensité palpable. Un désordre organisé par lequel l'artiste cherche à montrer sa vision de l'être humain, au-delà des simples apparences. 


Galerie Schwab Beaubourg, Paris

Jean-Pierre Ugarte, Territoires

Exposition du 11/10 au 25/11/2017 En cours

Du 11 octobre au 25 novembre, la galerie Schwab Beaubourg présente l'exposition Territoires du peintre Jean-Pierre Ugarte (1950-)

Né en 1950, d'origine basque, l'artiste l'affirme : « J'ai fait du paysage un genre. » Son univers est dressé, Jean-Pierre Ugarte peint des paysages imaginaires qui ne laissent pas indifférents. A contre-courant des tendances dominantes de l'art contemporain, son oeuvre est d'inspiration classique, dans la veine des artistes romantiques de la fin du XVIIIᵉ siècle tel que C. D. Friedrich. Palettes de couleurs  sourdes, sens de la composition et juste équilibre des masses, le peintre donne vie à des tableaux énigmatiques, envoûtants, voire déroutants. 


Galerie Rouan, PARIS

Justine Darmon, Ambivalences

Exposition du 10/10 au 28/10/2017 En cours

Du 10 au 28 octobre, la galerie Bernard Rouan présente Ambivalences, une exposition de Justine Darmon.

En sondant le rapport masculin-féminin, mais également celui que nous avons tous avec nos propres intimité et esprit, Justine Darmon propose une lecture à la fois sensuelle et rugueuse de nos émotions, de nos peurs comme de nos espoirs.

« Ambivalence : tendance à éprouver ou à manifester simultanément deux sentiments opposés à l’égard du même objet ». La définition froide d’un mot cache toujours les nuances et les aspérités que l’existence, l’histoire (la petite et la grande) et le temps lui impriment. En sondant le rapport masculin-féminin, mais également celui que nous avons tous avec nos propres intimité et esprit, Justine Darmon propose une lecture à la fois sensuelle et rugueuse de nos émotions, de nos peurs comme de nos espoirs. 


Galerie du CROUS, Paris

Elliott Causse & artistes invités, FLUX7

Exposition du 10/10 au 21/10/2017 Derniers jours

Du 10 au 21 octobre, la Galerie du CROUS de Paris présente FLUX7, une exposition singulière du jeune artiste Elliott Causse qui pour l’occasion s’est entouré de sept artistes et amis, pour réfléchir ensemble sur le thème du flux.   

« On entre dans le travail d’Elliott Causse comme on plonge dans le courant des flots […] » (Le Maître des Flux - Gaya Goldcymer, août 2017). Cette métaphore est à l’image du travail impulsé par Elliott Causse  tout juste diplômé de l’Ecole des Beaux-arts de Paris – qui, selon ses propres dires, voue une véritable obsession à la notion de flux. Un thème central et une collaboration avec sept acteurs de la scène artistique parisienne, l’exposition FLUXne pouvait pas mieux porter son nom. A travers un ensemble d’œuvres graphiques, Elliott Causse offre un voyage à la limite du perceptible, dans les méandres de l’espace et du temps.   


Galerie David Guiraud, Paris

Jesse A. Fernandez, Une œuvre, 1952-1986

Exposition du 06/10 au 18/11/2017 En cours

Du 6 octobre au 18 novembre, la galerie David Guiraud présente Une œuvre, 1952-1986 du photographe international Jesse Antonio Fernandez ; des clichés rares, toujours en noir et blanc, entre les Amériques et l'Europe.

Artiste américain d’origine espagnole, né à Cuba et mort à Paris, Jesse A. Fernandez (1925-1986) est à la fois ici et là-bas. Formé à l’Académie des Beaux-Arts de La Havane puis à New-York, porté de l’Amérique jusqu’en Europe, son œuvre comme son âme se forge au fil de ses voyages et de ses rencontres. Témoin de la révolution cubaine, un temps photographe « personnel » de Fidel Castro, il tire le portrait d’anonymes et des grandes personnalités artistiques qu’il côtoie. Des clichés noir et blanc, exclusivement captés en lumière naturelle, comme autant d’instantanés criant de vérité et de sobriété.


Galerie Wallworks, Paris

Hendrik Czakainski, TanDEM-X

Exposition du 06/10 au 25/11/2017 En cours

Du 6 octobre au 25 novembre, la Galerie Wallworks présente l’exposition TanDEM-X de l’artiste allemand Hendrik Czakainski, une réflexion singulière autour du monde et des environnements modernes, à l’ère de la modélisation et de la cartographie terrestre.

Souvent présentées comme agent de progrès, d’ouverture et d’expériences inédites, les technologies de l’information connaissent ces dernières années un rythme d’accélération et de généralisation jamais égalé. Couplées à la globalisation et la mondialisation qui caractérisent les sociétés modernes actuelles, elles transforment – voire façonnent – le monde et ses modes de représentation, en témoignent les imageries satellites. En poussant ainsi toujours plus loin la virtualisation du monde et de l’existence, n’y a-t-il pas un risque de « désincarnation » ? C’est autour de ce questionnement quasi métaphysique que s’articule la démarche artistique d’Hendrik Czakainski, qui offre une expérience aussi surprenante que fascinante, renouvelant les codes du street-art.


Galerie Lee, Paris

Theanly Chov, Survivre

Exposition du 05/10 au 28/10/2017 En cours

Du 5 au 28 octobre, la galerie Lee présente l'exposition Survivre de l'artiste peintre Theanly Chov ; des portraits en pied, sur fond neutre toujours bichrome, de Cambodgiens d'aujourd'hui. 

Ils ont tous les âges, tous les styles vestimentaires et toutes les conditions, de l'ouvrier à la grand-mère. Les réunissent toutefois leurs mines soucieuses, concentrées, et surtout leur posture commune d'élévation – bras tendus en arrière, yeux tournés vers le ciel. Vers quoi s'élancent-ils ? Vers la surface, semble dire la juxtaposition des deux couleurs du fond, marquée pile hauteur de visage, mais aussi le titre de l'exposition « Survivre ». Vers l'oubli et la résilience, pourrait suggérer leur regard systématiquement tourné vers le gauche (le passé ?), et ce que nous savons de l'histoire récente du Cambodge, d'où le peintre est originaire. Un Cambodge meurtri entre 1975 et 1979 par les massacres de masse du régime des Khmers rouges – puis par des décennies de guérilla et de pauvreté. « Nous les Cambodgiens, nous ne pouvons que maintenir notre tête hors de l'eau, confirme Theanly Chov. Nous avons perdu notre confiance en la qualité de la vie. » 


Galerie Nichido, Paris

Arno Sebban, sculptures, et Savann Thav, peintures

Exposition du 05/10 au 11/11/2017 En cours

Du 5 octobre au 11 novembre, la galerie Nichido accueille les artistes Arno Sebban et Savann Thav pour un dialogue entre sculptures et peintures ; une conversation interculturelle et artistique entre deux créateurs contemporains. 

Arno Sebban, plasticien et designer français né en 1975, se définit lui-même comme un créateur d’objets. Porté par une diversité d’inspirations – l’architecture, l’urbanisme et le graphisme, entre autres – l’artiste ancre son œuvre dans une interaction constante avec l’autre : abstraites et minimalistes, ses créations répondent à un besoin, aspirent à se fondre dans le quotidien.


Galerie Lazarew, Paris

Sergey Kononov, Dérives

Exposition du 05/10 au 11/11/2017 En cours

Du 5 octobre au 11 novembre, la galerie Lazarew présente Dérives, la deuxième exposition de l'artiste ukrainien Sergey Kononov.

Né à Odessa en 1994, Sergey Kononov est un de ces talents incarnant la nouvelle génération de l'art contemporain ; celle qui bouscule les codes, et impulse les expositions qui comptent. De ses premiers cours de peinture dans l'atelier d'un artiste de sa ville natale jusqu'à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, en passant par le Collège d’Art d’Odessa et l’Académie d’Etat de Génie Civil et d’Architecture d’Odessa, il n'y a qu'un pas. Si certains jugent que trop de technique nuit à l'expression artistique, Sergey Kononov revendique son parcours de jeune prodige : « Il faut savoir comment faire parce que après, je peux déconstruire comme je l'entends. » Il peint à l'huile et à la bombe aérosol, jouant de sa maîtrise du dessin et de la couleur. Son oeuvre est à l'image de l'artiste ; il est le fruit des questionnements qui l'animent.  


Vallois 35, Paris

Marius Dansou, Roberto Diago & Didier Viodé, Paris-Cotonou-Paris VII

Exposition du 05/10 au 30/10/2017 En cours

Du 5 au 30 octobre, la galerie Vallois présente l’œuvre de Marius Dansou, Roberto Diago et Didier Viodé à l'occasion du septième volet de l'exposition Paris-Cotonou-Paris, visant à faire rayonner l'art contemporain béninois. 

Une année sous le signe du Bénin, tel est le thème de la programmation 2017 de la galerie Vallois, qui met ainsi à l'honneur la richesse et la pluridisciplinarité des artistes de ce pays. L'occasion, aussi, de porter un regard neuf sur un panorama artistique africain en pleine émulation, et pourtant encore méconnu. Cette septième étape – au 35 rue de Seine – est en fait un dialogue entre deux artistes béninois, Marius Dansou et Didier Viodé, et un artiste cubain, Roberto Diago. 


Galerie Teodora, Paris

Vicky Barranguet, New York Notes

Exposition du 05/10 au 25/11/2017 En cours

Du  5 octobre au 25 novembre, la galerie Teodora présente New York Notes de la peintre uruguayenne Vicky Barranguet, première présentation de l'oeuvre de l'artiste en France. 

Née à Montevideo en 1973, Vicky Barranguet quitte rapidement son pays natal pour s'installer aux Etats-Unis, plus précisemment à New-York où elle se fixe dès 1997. Formée à l'Art Students League, elle étudie la peinture auprès d'éminents artistes tels que Larry Poons et William Scharf. S'en suivent des années d'art et de création, lui permettant d'exposer dans de nombreuses institutions et lors de grandes foires internationales. Avec New York Notes, l'artiste signe sa première exposition personnelle en France ; une vaste rétrospective de ses créations des vingt dernières années. 


Galerie Arcturus, Paris

D'en haut et d'en bas

Exposition du 28/09 au 28/10/2017 En cours
La Galerie ARCTURUS célèbre ses 15 ans de collaboration avec l'artiste Gottfried SALZMANN

Galerie Lélia Mordoch, Paris

Pia MYrvoLD, Transforming Venus

Exposition du 22/09 au 28/10/2017 En cours

Du 22 septembre au 28 octobre 2017, la galerie Lélia Mordoch présente Transforming Venus, une exposition de Pia MYrvoLD.

Née en 1960 en Norvège, Pia MYrvoLD appartient à cette génération qui délaisse l’atelier pour explorer le champ des possibles du laboratoire en réponse au carcan académique du monde de l’art. Audacieuse ingénieure et ingénieuse développeuse, Pia MYrvoLD est une artiste dont la palette marie les médias artistiques traditionnels aux technologies innovantes depuis les années 1980. Du pinceau à la sculpture numérique, sa vision de l’art traverse les frontières des disciplines dans un work in progress où l’Homme, entre monde réel et virtuel, reste toujours au centre de l’œuvre, en étant à la fois le composant et le participant.

De ses vêtements interactifs à son tunnel d’écrans LED réalisé pour la Biennale de 2011, la complexité de son univers est tant le miroir de l’Être que de son e-volution. En cela, son oeuvre ne se voit pas mais se vit. Plus qu’interactives, ses installations ont un caractère génératif, autrement dit, elles ne sont pas que la résultante d’une interaction avec un spect-acteur mais se déploient au-delà en tant que création non prédéfinie à l’avance.

A la galerie Lélia Mordoch, avec son exposition intitulée Transforming Venus, Pia MYrvoLD reprend le petit nom de la déesse de l’amour, complétée par Transforming dès 2012, comme le vecteur de son travail et de son investissement, puisque celle-ci incarne symboliquement la maternité évoluant jusqu’à son évanouissement. Vidéos et tirages photographiques exposés reviennent ainsi sur ses recherches et leur continuité pour mieux appréhender les sculptures interactives suspendues, WANDS, réagissant à la présence humaine, du simple mouvement à la température environnante. Nouvelle fusion du réel et du virtuel !


Art Life Gallery, Saint-Raphael

Sublime

Exposition du 22/09 au 09/12/2017 En cours
Alors que le soleil d’été dispense ses derniers rayons, l’automne s’avance, majestueuse dans son manteau de feuilles et de lumière chaude. Sublime saison des journées où le présent prend des teintes sépia. Sublime par ses élans nostalgiques ou sensuels. Sublime pour ses poètes aux muses alanguies… Ce sublime, nos artistes l’ont recueilli et décliné dans leurs œuvres, et nous vous invitons à le célébrer à partir du 22 septembre !

Galerie Berthet-Aittouarès, Paris

André Marfaing, Les Noirs de Marfaing

Exposition du 21/09 au 28/10/2017 En cours

Du 21 septembre au 28 octobre, les galeries Berthet-Aittouarès et Protée, fortes de deux collaborations passées, s’associent pour présenter Les Noirs de Marfaing, cinquante peintures et lavis réalisés de 1958 à 1986 par André Marfaing.

« Les autres disent que je peins en noir et blanc. Ne voient-ils autre chose ? », écrivait André Marfaing (1925-1987). Né à Toulouse au sortir de la Première Guerre mondiale, l’artiste peintre et graveur fait partie de cette génération s’étant engagée dans la voie de la simplicité, brandissant son goût exalté pour l’abstraction ; un œuvre dénué du superflu, mais empreint d’une rare intensité visuelle. André Marfaing décrit la peinture comme « une des aventures qui permet à l’homme de sortir du chaos », tant et si bien qu’entre le noir et le blanc la lumière émerge, plus magnétique que jamais. 


Galerie Protée, Paris

André Marfaing, Les Noirs de Marfaing

Exposition du 21/09 au 28/10/2017 En cours

Du 21 septembre au 28 octobre, les galeries Protée et Berthet-Aittouarès, fortes de deux collaborations passées, s’associent pour présenter Les Noirs de Marfaing, cinquante peintures et lavis réalisés de 1958 à 1986 par André Marfaing.

« Les autres disent que je peins en noir et blanc. Ne voient-ils autre chose ? », écrivait André Marfaing (1925-1987). Né à Toulouse au sortir de la Première Guerre mondiale, l’artiste peintre et graveur fait partie de cette génération s’étant engagée dans la voie de la simplicité, brandissant son goût exalté pour l’abstraction ; un œuvre dénué du superflu, mais empreint d’une rare intensité visuelle. André Marfaing décrit la peinture comme « une des aventures qui permet à l’homme de sortir du chaos », tant et si bien qu’entre le noir et le blanc la lumière émerge, plus magnétique que jamais.


Gimpel et Müller, Paris

Nouvelles acquisitions

Exposition du 21/09 au 21/10/2017 Derniers jours

Du 21 septembre au 21 octobre, la galerie Gimpel & Müller fait sa rentrée en présentant ses dernières acquisitions.

Défendant la peinture abstraite d’après-guerre, la galerie Gimpel & Müller consacre ses cimaises pour cette nouvelle exposition aux œuvres d’Aubertin, Cairoli, Fruhtrunk, Segawa ou encore Vasarely.

 

Vernissage jeudi 21 septembre de 18h à 21h.


Gilles Naudin Galerie, Paris

Giuseppe Zoppi

Exposition du 19/09 au 28/10/2017 En cours

Du 19 septembre au 28 octobre 2017, la galerie Gilles Naudin présente une exposition monographique de Giuseppe Zoppi.

Pans de matière épaisse, étirée, patinée… Les œuvres de cet artiste italien semblent être l’empreinte physique d’une vie révolue marquée par l’érosion du temps. Ici, des traces allongées, là des couches effritées, au fur et à mesure que l’œil se promène sur ces surfaces, il se laisse absorber par la couleur. Ce qui de premier abord paraît être une façade se métamorphose en fenêtre : le regard est projeté dans un horizon sans fin, continuant perpétuellement son voyage dans les bleus, les verts d’eau, les noirs ou les blancs laiteux.

Cette gamme chromatique n’est pas sans rappeler celle à l’origine de son âme de coloriste, à savoir la palette de ses terres natales. Des cieux de Gorizia aux eaux méditerranéennes de Trieste, Giuseppe Zoppi en capte les intensités profondes et les vibrations chatoyantes pour les traduire sur des formats « faux carrés », comme des petites parcelles de sensations colorées.

Quant à la matière, elle est le résultat du geste, de cette confrontation du peintre à sa toile, le moment où Giuseppe Zoppi matérialise ses impressions et émotions en création tacite. Au-delà de séduire notre regard, ces peintures à la cire ou à l’huile sur des supports en toile ou métal, appellent au touché.

Vernissage le jeudi 21 septembre 2017.

Texte : Anne-Laure Peressin

 

Visuel : Joyce, encaustique sur toile, 60 x 50 cm


Gilles Naudin Galerie, Paris

Giuseppe Zoppi

Exposition du 19/09 au 28/10/2017 En cours

Du 19 septembre au 28 octobre 2017, la galerie Gilles Naudin présente une exposition monographique de Giuseppe Zoppi.

Pans de matière épaisse, étirée, patinée… Les œuvres de cet artiste italien semblent être l’empreinte physique d’une vie révolue marquée par l’érosion du temps. Ici, des traces allongées, là des couches effritées, au fur et à mesure que l’œil se promène sur ces surfaces, il se laisse absorber par la couleur. Ce qui de premier abord paraît être une façade se métamorphose en fenêtre : le regard est projeté dans un horizon sans fin, continuant perpétuellement son voyage dans les bleus, les verts d’eau, les noirs ou les blancs laiteux.

Cette gamme chromatique n’est pas sans rappeler celle à l’origine de son âme de coloriste, à savoir la palette de ses terres natales. Des cieux de Gorizia aux eaux méditerranéennes de Trieste, Giuseppe Zoppi en capte les intensités profondes et les vibrations chatoyantes pour les traduire sur des formats « faux carrés », comme des petites parcelles de sensations colorées.

Quant à la matière, elle est le résultat du geste, de cette confrontation du peintre à sa toile, le moment où Giuseppe Zoppi matérialise ses impressions et émotions en création tacite. Au-delà de séduire notre regard, ces peintures à la cire ou à l’huile sur des supports en toile ou métal, appellent au touché.

Vernissage le jeudi 21 septembre 2017.

Texte : Anne-Laure Peressin

 

Visuel : Joyce, encaustique sur toile, 60 x 50 cm


Galerie Thierry Bigaignon, Paris

Vittoria Gerardi, Confine

Exposition du 16/09 au 04/11/2017 En cours

Du 16 septembre au 4 novembre 2017, la galerie Thierry Bigaignon présente Confine, la première exposition personnelle de Vittoria Gerardi.

Epuré et graphique, l’univers de cette jeune photographe de 21 ans a déjà tout d’un œil avisé. Formée auprès de Renato D’Agostin et Barbara Mensch à New York, la vénitienne a également exploré le sol américain à la rencontre de paysages extrêmes, à l’image de la Vallée de la Mort, voyage marquant d’août 2015. Panoramas infinis et lumière éblouissante l’accaparent et lui font émerger le besoin d’immortaliser ces entrailles de la mort.  

Confine est le sujet de cette rencontre singulière, au plus près des limites de la matière et du temps. Par cette première exposition personnelle, Vittoria Gerardi transmet la puissance de son regard, transfère par des procédés argentiques alternatifs cette énergie mêlant violence et silence, et amplifie certains éléments pour souligner l’intensité graphique afin de concevoir une nouvelle source de création, un petit supplément d’âme, celui de Vittoria Gerardi.


Filtrer par :