Le XVIIIe au goût du jour

Le XVIIIe au goût du jour


Exposition du 08 juillet au 09 octobre 2011
Château de Versailles, Versailles

Si l’on associe le XVIIIe aux esprits éclairés des Lumières, emprunts d’humanisme et de modernité, il est aussi le siècle de la légèreté, de la frivolité et du libertinage.
La mode se dévêt du voile d’austérité des années Maintenon qui marquèrent la fin du Grand siècle, et les goûts de Mesdames de Pompadour, du Barry et Marie-Antoinette inaugurent les canons esthétiques graciles de Watteau, Boucher ou Fragonard. Corps à baleines, caracos, jupes à paniers, manches pagode agrémentées d’engageantes, volants, bouillonnés et falbalas sur fond de taffetas de soie et brocards… la mode raffinée et sophistiquée du XVIIIe est née. Drapant le modèle féminin d’une silhouette artificielle, emprunte de la rigueur de l’étiquette et d’un désir d’affranchissement insufflé par la fantaisie des modes nouvelles, l’élégance à la française s’érigea en véritable mythe, traversant l’Europe et continuant toujours à fasciner. Fantasme prégnant, les plus grands créateurs revisitent ce style pour, le temps d’une soirée, redonner aux femmes l’éclat des fastes de cours passés.
Le XVIIIe réactualisé… Le XVIIIe au goût du jour ; c’est le titre choisi par le Château de Versailles et le musée Galliera pour présenter la rétrospective d’un siècle de création des maisons de haute couture, dont les collections dialoguent avec les costumes et accessoires d’Epoque, dans l’écrin des appartements du Grand Trianon. Balmain, Westwood, Lacroix, Mugler…Un bal racé, pour des convives triés sur le volet…mais aussi l’occasion de constater que de Madame Alexandre à la Maison Christian Dior, de Rose Bertin à Givenchy, ou de La Mode Illustrée à Vogue, le chic parisien n’a rien perdu de sa splendeur d’antan, et demeure figé dans l’intemporalité… en témoigne cette célèbre citation de Coco Chanel  « La mode se démode, le style jamais ».

T.P