18e, aux sources du design, chefs-d'oeuvre du mobilier 1650 à 1790, sous le regard de Jean Nouvel

18e, aux sources du design, chefs-d'oeuvre du mobilier 1650 à 1790, sous le regard de Jean Nouvel


Exposition du 28 octobre 2014 au 22 février 2015
Château de Versailles, Versailles

Le château de Versailles propose de découvrir le mobilier des grands cabinets du milieu du XVIIe jusqu’aux lignes droites de la fin du XVIIIe siècle. Une perspective de 1650 à 1790 appréhendée dans une scénographie actuelle où le meuble n’est pas présenté telle une composante d’un décor mais en tant qu’œuvre d’art.  Issus des riches amateurs de l’époque, ces meubles mettent en relief leurs caractères novateurs et précurseurs pour le XVIIIe en matière de formes, de décors ou de matériaux.

Introduit pour la première fois en 1712 par Shaftesbury, le mot et le concept de design se répercute dans la création du mobilier. Les meubles sont pensés : forme adaptée à un espace, fonctionnalité et confort pour l’utilisation, harmonie entre forme et fonction… Ces réflexions accompagnent et s’adaptent à l’évolution de la haute société du XVIIIe. Des lignes courbes se marient aux couleurs audacieuses des bois exotiques, des mécanismes secrets permettent d’habiles combinaisons et les silhouettes novatrices répondent aux envies singulières des nouveaux commanditaires. Le mobilier concentre en lui une énergie inventive qui le dote d’une essence forte et identitaire à l’image d’un art nouveau.

Pour aborder ces idées neuves et saisir la puissance innovatrice du siècle des Lumières, l’architecte Jean Nouvel a été sollicité afin de porter son regard sur cette exposition. Considérant ces meubles comme de «  véritables architectures »,  sa vision contemporaine est une invitation à établir des parallèles avec le XXIe siècle. «  J’ai vu. J’ai regardé. J’ai constaté. J’ai été surpris. »  confie t-il avant d’avoir associé ses constats à des mots-clés répertoriés dans un abécédaire de 18 lettres. Pertinent et utile, ce recensement accompagne le visiteur dans son parcours et établit le lien entre la vision du passé et l’actuelle. Chaque meuble se détache sur un fond immaculé à hauteur d’homme où des loupes mettent en avant des détails et des dessins de silhouettes captent la ligne créatrice.

 

Ce laboratoire visuel est à voir jusqu’au 22 février 2015 au château de Versailles.