L'actualité des musées et galeries


Bernard Plossu, Pais de Piedras, Espagne du centre et du nord
Abbaye de Flaran, Valence-sur-Baïse
Exposition du 14 octobre 2017 au 18 mars 2018

Bernard Plossu, Pais de Piedras, Espagne du centre et du nord


Du 14 octobre au 18 mars, l'Abbaye de Flaran située à Valence-sur-Baïse présente Pais de Piedras, Espagne du centre et du nord du photographe Bernard Plossu (1945-) ; un travail jamais réellement édité sur la ruralité espagnole. 

Né en 1945 à Đà Lạt, au Sud du Viêt Nam – anciennement colonie française de Cochinchine –, Bernard Plossu consacre sa vie à voyager et à photographier les paysages qui s'offrent à lui. « La photographie c’est une disponibilité au hasard et le hasard ne nous arrive pas par miracle. », confie l'artiste. L'essentiel de son travail est ainsi le fruit de ses pérégrinations : du Sahara jusqu'à la jungle du Chiapas au Mexique, en passant par l'ouest américain, le Nevada, les Mayas de Californie, l'Inde, le Niger ou encore l'Italie si vénérée. Avec la série Pais de Piedras, Bernard Plossu nous conduit cette fois au coeur des campagnes espagnoles, à la découverte d'une ruralité délaissée.

Lire la suite

Jean-Michel Fauquet
Musée de la photographie Charles Nègre, Nice
Exposition du 20 octobre 2017 au 21 janvier 2018

Jean-Michel Fauquet


Le Musée de la photographie Charles Nègre, à Nice, accueille une exposition du photographe français Jean-Michel Fauquet (1950-). Cent cinquante œuvres seront à admirer du 20 octobre au 21 janvier.

L’œuvre du photographe plonge quiconque les regarde dans un abîme de réflexion. L’artiste, né en 1950, maîtrise si bien tous les procédés de création dans son atelier parisien, qu’il en devient alchimiste. Après une décennie au Canada où il enseigne la photographie, c’est en France qu’il s’établit pour créer. Sa signature se reconnaît au premier coup d’œil, unissant deux pratiques artistiques : la peinture à l’huile et le dessin sur des tirages argentiques. Tantôt photographies, tantôt dessins, le spectateur s’y perd. Tantôt photographies, tantôt peintures, l’observateur s’interroge.

Lire la suite

Prix de l'Officiel des Galeries & Musées - Salon des Réalités Nouvelles 2017
Parc floral de Paris, Paris
Exposition du 15 octobre 2017 au 22 octobre 2017

Prix de l'Officiel des Galeries & Musées - Salon des Réalités Nouvelles 2017


Assemblage de bandes de papier journal découpées puis imbriquées les unes aux autres, Tissage de l'artiste francaise Irène Rodrigues (1964-) est une composition aussi atemporelle que fragile ; une oeuvre poétique que nous avons choisi d'honorer à l'occasion du 71e Salon des Réalités Nouvelles qui se tient du 15 au 22 octobre au parc Floral de Paris. 

« Je travaille à partir de l’existant. Ici, c’est le papier journal que je collecte, manipule, transforme et qui, de ce fait, change de statut [...] », confie la plasticienne. Assemblés et emboîtés les uns aux autres, ces lambeaux de papier donnent naissance à des modules en forme de losanges, que l'artiste fusionne pour créer, tisser, une étendue au sol.  Entre ses mains, la « matière-papier » devient matériau, au coeur d'un processus créatif et plastique sensible et singulier. Au premier regard en effet, cet assemblage au sol – point de colle ni attaches dans le travail d'Irène Rodrigues – évoque un banc de poissons se déplacant à l'unisson. A l'instar de ces êtres mouvants, les feuilles de papier journal font masse, instigant la matière dans un mouvement ondulatoire et fusionnel. De l'aveu même de l'artiste, la ligne en tant que trait constitutif d'une figure, revêt un caractère central : « graphique, picturale et sculpturale », elle est le fil rouge de l'oeuvre, celui qui bâtit les surfaces, les formes et les volumes. Une ligne répétée à l'infini, tel un étroit brodage des divers éléments – la matière et l'espace, les vides et les pleins. Une facon toute singulière pour Irène Rodrigues de rendre compte de sa vision du monde et de l'espace environnant. 

Lire la suite

Jean-Pierre Ugarte, Territoires
Galerie Schwab Beaubourg, Paris
Exposition du 11 octobre 2017 au 25 novembre 2017

Jean-Pierre Ugarte, Territoires


Du 11 octobre au 25 novembre, la galerie Schwab Beaubourg présente l'exposition Territoires du peintre Jean-Pierre Ugarte (1950-)

Né en 1950, d'origine basque, l'artiste l'affirme : « J'ai fait du paysage un genre. » Son univers est dressé, Jean-Pierre Ugarte peint des paysages imaginaires qui ne laissent pas indifférents. A contre-courant des tendances dominantes de l'art contemporain, son oeuvre est d'inspiration classique, dans la veine des artistes romantiques de la fin du XVIIIᵉ siècle tel que C. D. Friedrich. Palettes de couleurs  sourdes, sens de la composition et juste équilibre des masses, le peintre donne vie à des tableaux énigmatiques, envoûtants, voire déroutants. 

Lire la suite

Ryszard Kiwerski, Hommage à Ryszard Kiwerski
Galerie 1831, Paris
Exposition du 04 octobre 2017 au 09 octobre 2017

Ryszard Kiwerski, Hommage à Ryszard Kiwerski


Du 4 au 9 octobre, la galerie 1831 Art Gallery présente Hommage à Ryszard Kiwerski (1930-2015), une rétrospective de trois cycles de créations de l'artiste : parapeintures, affiches et photomontages des années 70. 

Artiste polonais installé à Paris dans les années 70, Ryszard – Richard en francais – Kiwerski est un artiste protéiforme et engagé s'il en est ! A ses débuts, il cofonde et s'engage activement au sein du groupe « ZAMEK », un collectif d'avant-garde des années 50 qui lutte pour la liberté d'expression au moyen de l'art, et exprime une forte révolte contre le soc-réalisme en Pologne. Réputé pour ses compositions graphiques d'affiches de cinéma lui valant une médaille d'or au Festival de Cannes en 1975, Ryszard Kiwerski est également inventeur de la « parapeinture » – compositions abstraites inspirées des effets des avancés du soleil. L'artiste est aujourd'hui présent dans les archives du Centre Pompidou, des bibliothèques Forney et Arsenal, de la Cinémathèque de Paris, de collections publiques et privées, ainsi que dans plusieurs musées polonais.

Lire la suite

Marius Dansou, Roberto Diago & Didier Viodé, Paris-Cotonou-Paris VII
Vallois 35, Paris
Exposition du 05 octobre 2017 au 30 octobre 2017

Marius Dansou, Roberto Diago & Didier Viodé, Paris-Cotonou-Paris VII


Du 5 au 30 octobre, la galerie Vallois présente l’œuvre de Marius Dansou, Roberto Diago et Didier Viodé à l'occasion du septième volet de l'exposition Paris-Cotonou-Paris, visant à faire rayonner l'art contemporain béninois. 

Une année sous le signe du Bénin, tel est le thème de la programmation 2017 de la galerie Vallois, qui met ainsi à l'honneur la richesse et la pluridisciplinarité des artistes de ce pays. L'occasion, aussi, de porter un regard neuf sur un panorama artistique africain en pleine émulation, et pourtant encore méconnu. Cette septième étape – au 35 rue de Seine – est en fait un dialogue entre deux artistes béninois, Marius Dansou et Didier Viodé, et un artiste cubain, Roberto Diago. 

Lire la suite

Sergey Kononov, Dérives
Galerie Lazarew, Paris
Exposition du 05 octobre 2017 au 11 novembre 2017

Sergey Kononov, Dérives


Du 5 octobre au 11 novembre, la galerie Lazarew présente Dérives, la deuxième exposition de l'artiste ukrainien Sergey Kononov.

Né à Odessa en 1994, Sergey Kononov est un de ces talents incarnant la nouvelle génération de l'art contemporain ; celle qui bouscule les codes, et impulse les expositions qui comptent. De ses premiers cours de peinture dans l'atelier d'un artiste de sa ville natale jusqu'à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, en passant par le Collège d’Art d’Odessa et l’Académie d’Etat de Génie Civil et d’Architecture d’Odessa, il n'y a qu'un pas. Si certains jugent que trop de technique nuit à l'expression artistique, Sergey Kononov revendique son parcours de jeune prodige : « Il faut savoir comment faire parce que après, je peux déconstruire comme je l'entends. » Il peint à l'huile et à la bombe aérosol, jouant de sa maîtrise du dessin et de la couleur. Son oeuvre est à l'image de l'artiste ; il est le fruit des questionnements qui l'animent.  

Lire la suite

Theanly Chov, Survivre
Galerie Lee, Paris
Exposition du 05 octobre 2017 au 28 octobre 2017

Theanly Chov, Survivre


Du 5 au 28 octobre, la galerie Lee présente l'exposition Survivre de l'artiste peintre Theanly Chov ; des portraits en pied, sur fond neutre toujours bichrome, de Cambodgiens d'aujourd'hui. 

Ils ont tous les âges, tous les styles vestimentaires et toutes les conditions, de l'ouvrier à la grand-mère. Les réunissent toutefois leurs mines soucieuses, concentrées, et surtout leur posture commune d'élévation – bras tendus en arrière, yeux tournés vers le ciel. Vers quoi s'élancent-ils ? Vers la surface, semble dire la juxtaposition des deux couleurs du fond, marquée pile hauteur de visage, mais aussi le titre de l'exposition « Survivre ». Vers l'oubli et la résilience, pourrait suggérer leur regard systématiquement tourné vers le gauche (le passé ?), et ce que nous savons de l'histoire récente du Cambodge, d'où le peintre est originaire. Un Cambodge meurtri entre 1975 et 1979 par les massacres de masse du régime des Khmers rouges – puis par des décennies de guérilla et de pauvreté. « Nous les Cambodgiens, nous ne pouvons que maintenir notre tête hors de l'eau, confirme Theanly Chov. Nous avons perdu notre confiance en la qualité de la vie. » 

Lire la suite

Vicky Barranguet, New York Notes
Galerie Teodora, Paris
Exposition du 05 octobre 2017 au 25 novembre 2017

Vicky Barranguet, New York Notes


Du  5 octobre au 25 novembre, la galerie Teodora présente New York Notes de la peintre uruguayenne Vicky Barranguet, première présentation de l'oeuvre de l'artiste en France. 

Née à Montevideo en 1973, Vicky Barranguet quitte rapidement son pays natal pour s'installer aux Etats-Unis, plus précisemment à New-York où elle se fixe dès 1997. Formée à l'Art Students League, elle étudie la peinture auprès d'éminents artistes tels que Larry Poons et William Scharf. S'en suivent des années d'art et de création, lui permettant d'exposer dans de nombreuses institutions et lors de grandes foires internationales. Avec New York Notes, l'artiste signe sa première exposition personnelle en France ; une vaste rétrospective de ses créations des vingt dernières années. 

Lire la suite

Jesse A. Fernandez, Une œuvre, 1952-1986
Galerie David Guiraud, Paris
Exposition du 06 octobre 2017 au 18 novembre 2017

Jesse A. Fernandez, Une œuvre, 1952-1986


Du 6 octobre au 18 novembre, la galerie David Guiraud présente Une œuvre, 1952-1986 du photographe international Jesse Antonio Fernandez ; des clichés rares, toujours en noir et blanc, entre les Amériques et l'Europe.

Artiste américain d’origine espagnole, né à Cuba et mort à Paris, Jesse A. Fernandez (1925-1986) est à la fois ici et là-bas. Formé à l’Académie des Beaux-Arts de La Havane puis à New-York, porté de l’Amérique jusqu’en Europe, son œuvre comme son âme se forge au fil de ses voyages et de ses rencontres. Témoin de la révolution cubaine, un temps photographe « personnel » de Fidel Castro, il tire le portrait d’anonymes et des grandes personnalités artistiques qu’il côtoie. Des clichés noir et blanc, exclusivement captés en lumière naturelle, comme autant d’instantanés criant de vérité et de sobriété.

Lire la suite

André Marfaing, Les Noirs de Marfaing
Galerie Protée, Paris
Exposition du 21 septembre 2017 au 28 octobre 2017

André Marfaing, Les Noirs de Marfaing


Du 21 septembre au 28 octobre, les galeries Protée et Berthet-Aittouarès, fortes de deux collaborations passées, s’associent pour présenter Les Noirs de Marfaing, cinquante peintures et lavis réalisés de 1958 à 1986 par André Marfaing.

« Les autres disent que je peins en noir et blanc. Ne voient-ils autre chose ? », écrivait André Marfaing (1925-1987). Né à Toulouse au sortir de la Première Guerre mondiale, l’artiste peintre et graveur fait partie de cette génération s’étant engagée dans la voie de la simplicité, brandissant son goût exalté pour l’abstraction ; un œuvre dénué du superflu, mais empreint d’une rare intensité visuelle. André Marfaing décrit la peinture comme « une des aventures qui permet à l’homme de sortir du chaos », tant et si bien qu’entre le noir et le blanc la lumière émerge, plus magnétique que jamais.

Lire la suite

André Marfaing, Les Noirs de Marfaing
Galerie Berthet-Aittouarès, Paris
Exposition du 21 septembre 2017 au 28 octobre 2017

André Marfaing, Les Noirs de Marfaing


Du 21 septembre au 28 octobre, les galeries Berthet-Aittouarès et Protée, fortes de deux collaborations passées, s’associent pour présenter Les Noirs de Marfaing, cinquante peintures et lavis réalisés de 1958 à 1986 par André Marfaing.

« Les autres disent que je peins en noir et blanc. Ne voient-ils autre chose ? », écrivait André Marfaing (1925-1987). Né à Toulouse au sortir de la Première Guerre mondiale, l’artiste peintre et graveur fait partie de cette génération s’étant engagée dans la voie de la simplicité, brandissant son goût exalté pour l’abstraction ; un œuvre dénué du superflu, mais empreint d’une rare intensité visuelle. André Marfaing décrit la peinture comme « une des aventures qui permet à l’homme de sortir du chaos », tant et si bien qu’entre le noir et le blanc la lumière émerge, plus magnétique que jamais. 

Lire la suite