193 Gallery, Paris

Exposition du 25 octobre 2019 au 05 janvier 2020


Morrocan Portraits


 

Le Maroc fait partie de ces pays fortement imprégnés d’une image fantasmée remontant aux temps où les peintres qui écrivaient l’Histoire de l’art donnaient naissance à l’orientalisme. C’est contre cette définition toujours infusée dans notre époque que s’établit l’exposition « Moroccan Portraits », avec en commissaire, Armelle Dakouo, spécialiste de la scène contemporaine africaine. Pour donner la parole à ceux que l’on a longtemps dessinés sans qu’ils puissent véritablement se représenter, elle a décidé de faire appel à sept photographes. L’anglo-marocain Hassan Hajjaj, le belgo-marocain Mous Lamrabat , le franco-marocain Mehdi-George , le marocain Yoriyas , l’hispano-marocaine Zahrin Khalo et la regrettée franco-marocaine Leila Alaoui.

Chacun à leur manière, dans des univers tour à tour colorés, pop, intimistes, conventionnels, décalés ou oniriques, ces sept artistes s’épanchent sur la question de l’identité culturelle. Individuels ou en groupe, les portraits traduisent une véritable pluralité aussi bien dans la richesse des symboles traditionnels (on pense notamment aux vêtements mis en lumière par Hassan Hajjaj ou par Leila Alaoui) que par la force d’une mutation effective et résolument tournée vers une mondialisation longtemps phagocytée par l’Occident.

« Moroccan Portraits » pense la situation des femmes avec en filigrane, la présence du voile questionné par divers photographes, mais elle l’inclut dans une mouvance plus large qui envisage les liens unissant modernité, actualité et tradition. Chacun avec leurs codes et avec leurs sensibilités, les artistes tissent des ponts entre leur patrimoine culturel, leurs coutumes et les multiples bouleversements actuels qui apparaissent dans le monde entier. Métisses pour la plupart, les photographes revendiquent par l’image, une pluralité identificationnelle qu’eux seuls peuvent défendre : celle d’un pays provoquant sa pleine mutation.

 

 Prolongation de l'exposition jusqu'au 5 janvier 2020.